/sports/soccer/cf-montreal
Navigation

Année charnière pour Camacho

Coup d'oeil sur cet article

Rudy Camacho en est à la dernière année d’un contrat de quatre ans et il est conscient que l’année 2021 sera importante pour la suite de sa carrière.

• À lire aussi: Un très bon test

Et s’il n’en tient qu’à l’arrière français de 30 ans, c’est à Montréal qu’il poursuivra sa carrière en 2022.

« Bien sûr que je suis intéressé à rester, mais on n’a pas encore eu cette conversation-là avec Olivier Renard. C’est évident que c’est une saison charnière pour moi.

« Mais je me concentre sur mon jeu parce que je n’ai pas encore eu ce que je voulais à Montréal. »

Amélioration

Et justement, son jeu se présente sous son meilleur visage depuis qu’il est arrivé, en 2018.

« Jusqu’à présent, ça se passe très bien. J’ai eu une super bonne discussion avec lui peu après que j’ai été nommé, a souligné Wilfried Nancy jeudi. Il a été très honnête avec lui-même. L’an passé, il a eu de très bons matchs, mais il a fait beaucoup d’erreurs et ça l’a pénalisé. »

Et Camacho est le premier à reconnaître que ça n’a pas toujours tourné rond en 2020, ne voulant pas s’attarder sur les raisons. Il a du même souffle déploré que des erreurs aient voilé de bonnes prestations.

« L’année dernière, j’ai fait des grosses prestations et les gens l’oublient parce que j’ai fait des erreurs à des moments-clés. Il me reste à gommer ces petites erreurs pour que les gens me voient d’un bon œil. »

Vétéran

Camacho se retrouve au centre d’une défense à trois arrières centraux, un poste qui lui convient.

« C’est un rôle qui me convient parce que j’aime bien diriger ma ligne et c’est la meilleure position pour le faire. J’essaie d’avoir un peu plus de leadership. »

Et ça tranche avec l’an passé alors qu’il se faisait un peu plus discret.

« Je n’ai jamais eu besoin qu’on me dise de prendre mes responsabilités, mais il s’est passé des choses qui ont fait que [l’on me l’a rappelé].

« C’est ma façon d’être, quand ça ne va pas bien. Je ne crie pas sur les autres et je ferme ma bouche. Et quand ça va bien, j’essaie de parler à tout le monde et de donner des conseils. »