/finance/opinion/columnists
Navigation

Deux gros déposants mécontents de la Caisse

Coup d'oeil sur cet article

Sans doute mécontents de la contre-performance de la Caisse de dépôt et placement lors des deux dernières années, deux régimes de retraite ont décidé de réduire sensiblement l’actif qu’ils confient aux gestionnaires de la Caisse.

Il s’agit du Régime de retraite des employés de la Ville de Laval et du Fonds commun de placement des régimes de retraite de l’Université Laval, deux régimes carrément indépendants du gouvernement du Québec.

D’entrée de jeu, un rappel de la performance de la Caisse s’impose. En 2019, la Caisse avait rapporté un rendement de 10,38 %, soit 1,56 point de pourcentage de moins que son indice de référence.

Laval et l’Université Laval 

Et en 2020, la Caisse a bouclé l’année de l’émergence de la pandémie avec un rendement de 7,65 %, soit 1,53 point de pourcentage de moins que son indice de comparaison.

Il faut remonter aux années 2008 et 2009 pour voir la Caisse afficher deux années de suite de contre-performance par rapport à son indice de référence.

Manifestement, la contre-performance des gestionnaires de portefeuille de la Caisse lors des deux dernières années n’a pas plu aux responsables des deux régimes de retraite en question.

Moins d’actifs

Le 31 décembre 2018, le Régime de retraite de la Ville de Laval détenait au sein de la Caisse un actif de 427 millions de dollars. À la fin de décembre 2020, cet actif était tombé à seulement 298 millions $. En baisse de 129 millions $, ou de 30 % si vous préférez.

Pour sa part, le Fonds des régimes de retraite de l’Université Laval possédait au sein de la Caisse un actif de 340 millions $ à la fin de décembre 2019.

Fin décembre 2020 : l’actif de ce déposant s’élevait à seulement 217 millions $. Pour une révision à la baisse de 123 millions $, voire de 34 % en une année seulement.

Réaction

Pourquoi le Régime de retraite des employés de Laval a-t-il réduit l’actif confié aux gestionnaires de portefeuille de la Caisse de dépôt et placement ?

Réponse de la Ville : « Le comité de retraite sélectionne des gestionnaires de portefeuilles spécialisés selon les catégories d’actifs privilégiées en fonction de leur pertinence et de divers critères qualitatifs et quantitatifs. [...] Ainsi, le portefeuille de référence cible, le nombre de catégories d’actifs et de gestionnaires fluctuent dans le temps afin d’atteindre les objectifs fixés. [...] La fluctuation des actifs par gestionnaire découle de révisions de mandats de gestion afin de rencontrer les objectifs de la caisse. »

J’ai également demandé au Bureau de la retraite qui est responsable des régimes de retraite de l’Université Laval d’expliquer sa décision de réduire l’actif qu’il confie à la Caisse de dépôt.

Réponse automatisée : « Le Bureau de la retraite accuse réception de votre courriel.

Toute l’équipe est actuellement en télétravail. »

Après trois jours, les explications du Bureau de la retraite de l’Université Laval se font toujours attendre !

Et du côté de la Caisse de dépôt et placement ?

« Il n’appartient pas à la Caisse de commenter spécifiquement la situation ou les décisions de ses clients, les déposants », m’a-t-on répondu.