/news/politics
Navigation

Élections municipales: des règles exceptionnelles en raison de la pandémie

Coup d'oeil sur cet article

En novembre prochain, plus de 1100 municipalités seront en élections au Québec. Le défi logistique habituel sera accru, cette année, en raison de la pandémie.

Plusieurs changements seront apportés pour que le scrutin se déroule de façon sécuritaire.

Les bureaux de scrutin, qui devraient être plus nombreux, ouvriront 30 minutes plus tôt. L'objectif est de répartir l'achalandage sur les lieux de vote.

Et les électeurs devront amener leur propre crayon au bureau de scrutin.

«On ne sait pas quelles vont être les conditions sanitaires au moment de l'élection, donc il faut prévoir. Puis, ce qu'on souhaitait par-dessus tout, c'est qu'on puisse s'assurer que les gens aillent voter et se sentent en sécurité. On ne voulait pas que le vote ait moins de participations parce que les gens auraient peur des mesures sanitaires», a affirmé la présidente de l’Union des Municipalités du Québec, Suzanne Roy.

La campagne durera 51 jours plutôt que 44 et le vote par anticipation, quatre jours plutôt que deux.

Le vote par correspondance sera également possible, notamment, pour les Québécois de retour d'un voyage à l'étranger depuis moins de 14 jours, qui ont reçu un diagnostic de COVID-19 ou qui sont en contact avec un cas soupçonné, probable ou confirmé. Même chose pour ceux et celles qui seront en attente d'un résultat au test de la COVID-19.

En 2017, 12 000 candidats ont fait campagne à la grandeur de la province.