/news/education
Navigation

Des écoles en grève après la réouverture

Le Centre des Premières-Seigneuries touché

Coup d'oeil sur cet article

Les élèves des écoles primaires de Québec seront de retour sur les bancs d’école lundi, mais ceux du Centre de services scolaire des Premières-Seigneuries devront rester à la maison le mardi 4 mai, alors que le personnel de soutien sera en grève.

• À lire aussi: Qualité de l’air dans les écoles: Arruda mal à l'aise avec des déclarations de Roberge

À Québec, ce débrayage ne touche que les écoles de ce centre de services, où les employés de soutien sont affiliés à la Fédération du personnel de soutien scolaire.

Le Centre de services scolaire des Premières-Seigneuries a informé les parents qu’en l’absence des éducateurs de services de garde, des techniciens en éducation spécialisée, des surveillants d’élèves, des concierges et des secrétaires, tous les cours au primaire sont suspendus ce mardi « pour des raisons de sécurité ». Un plan de travail sera remis aux élèves pour la journée.

« Sans mot »

Le président du Syndicat du personnel de soutien des Premières-Seigneuries, Dominic Latouche, a été très étonné par cette décision. « J’étais sans mot », laisse-t-il tomber.

La Fédération a décrété qu’il n’y aura pas de piquets de grève cette journée-là afin de permettre aux enseignants et aux élèves de se rendre en classe.

« On ne voulait pas causer de retard académique, mais une décision comme celle-là démontre à quel point on est indispensable », ajoute M. Latouche.

Sécurité

Au Centre de services scolaire des Premières-Seigneuries, on explique qu’il n’était pas possible d’offrir des services adéquats en se privant des services des concierges, des préposés aux élèves handicapés, des techniciens en éducation spécialisée, surtout en pleine crise sanitaire.

« On comprend que ça chamboule encore une fois la vie des familles, mais on a vraiment pris cette décision pour des raisons de sécurité », affirme sa secrétaire générale, Martine Chouinard.

La Fédération du personnel de soutien scolaire représente des employés dans 24 centres de services partout dans la province.

Plusieurs autres centres de services ont décidé de suspendre les cours en raison de la grève, mardi, alors que d’autres ont décidé d’offrir de l’enseignement en ligne ou de modifier le calendrier scolaire pour en faire une journée pédagogique.