/entertainment/tv
Navigation

«J’avais toujours rêvé de jouer dans une série policière» - Ève Lemieux

«J’avais toujours rêvé de jouer dans une série policière» - Ève Lemieux
ÉVA-MAUDE TC

Coup d'oeil sur cet article

Ève Lemieux rêvait de jouer dans une série policière et d’incarner une femme enceinte. La comédienne peut dire qu’elle a été parfaitement comblée par son rôle de Corine Vaillancourt dans «Alertes», obtenu dans une période qui a apporté du renouveau dans sa vie ainsi que plein de belles choses. 

Quand Ève Lemieux a su l’année dernière qu’elle avait obtenu le rôle de Corine Vaillancourt dans «Alertes», elle était aux anges. «J’avais toujours rêvé de jouer dans une série policière. J’adore interpréter des personnages dont on ne sait pas trop si ce sont des bons ou des méchants.»

Les téléspectateurs se sont d’ailleurs questionnés à ce sujet tout au long de la saison, et les morceaux du casse-tête se sont enfin placés. «Corine garde un mensonge en elle depuis six ans. Son retour à la maison a fait remonter à la surface beaucoup d’émotions chez elle et chez sa mère (Isabelle Vincent). Même si elle a l’impression qu’elle avait les bonnes motivations pour partir et que les conflits qu’elle avait avec sa mère à l’époque lui ont donné raison de mener sa propre vie toute seule, elle est consciente d’avoir gravement blessé cette dernière. Corine n’a pas été là pour les funérailles de son père; elle se sent coupable. Elle ne pourra pas réparer les erreurs des six dernières années et la peine que sa mère a vécue. Elle-même s’est fait trahir par La Garde. Elle ne pourra pas réparer tout ce qu’elle a brisé mais, pour elle, c’est le temps de dire la vérité. Les liens familiaux sont plus forts que tout.»

En plus de vouloir se rapprocher de sa mère, Corine a déballé son sac aux policiers. «Elle craint pour sa vie. Elle a peur que La Garde la retrouve et s’en prenne à sa fille. La police va la protéger, mais elle a tellement longtemps menti que, même quand elle décide de tout dire aux policiers, ceux-ci vont douter d’elle.»

Même si Corine est enceinte jusqu’aux yeux, on ne l’a pas vue accoucher dans le dernier épisode de la saison. «C’était mon plus grand rêve quand j’étais ado et que je jouais dans “Providence”: avoir une bedaine pour un rôle. Comble de l’ironie cette année: j’ai une méga bedaine dans “Alertes” et j’en ai eu une dans “Une autre histoire”.»

Nouvelle décennie, nouvelle maison

La trentaine se passe à merveille pour Ève Lemieux, qui a eu 30 ans le 18 juillet dernier. «Je me suis acheté une maison avec mon chum. J’écris mon deuxième roman. J’ai fait Alertes, et j’ai plein d’autres projets qui s’en viennent.»

La comédienne a déménagé à la fin de l’été dernier. «Je suis retournée dans le coin de mon enfance, dans le Vieux-Longueuil. J’ai habité dans Villeray pendant 10 ans, dans un condo que j’ai adoré. J’ai trouvé intéressant de partir de là à 30 ans, parce que j’ai acheté le condo à 20 ans. Il s’en est passé, des affaires durant tout ce temps! J’étais très contente de tourner la page. C’était le temps pour une nouvelle aventure.»

Ça fait quatre ans et demi qu’Ève Lemieux et son amoureux, le comédien Mathieu Aumont, sont en couple. Ils se sont connus au Conservatoire d’art dramatique de Montréal et, le 9 juin, ils vont célébrer leurs trois ans de mariage. «Je me trouve bien privilégiée d’être avec quelqu’un que j’aime beaucoup, qui me fait rire et avec qui c’est le fun de vivre.»

Son mari est notamment marionnettiste au Théâtre de la Dame de Cœur. Ils aimeraient bien fonder une famille un jour.

Un roman sur les rails

La COVID lui a permis d’avoir du temps pour se consacrer à l’écriture de son deuxième roman. «J’adore ça. Écrire, c’est très vertigineux. On se retrouve beaucoup seul avec nos idées. Des fois, j’ai l’impression que plus rien ne fait de sens, mais en fin de compte, ça m’apporte une liberté, et c’est plaisant de créer des personnages, d’inventer des affaires. Il y a des thématiques qui se rapprochent de mon premier roman, “Comme des animaux” (2019). C’est encore sur la douleur amoureuse, la déchéance, le désir de changer. J’aime beaucoup créer des personnages qui ne sont pas parfaits, qu’on n’aime pas tout de suite.»

L’ouvrage paraîtra en 2022, alors que l’écrivaine nous signale que son premier roman pourrait voir le jour à la télévision, car c’est en pourparlers en ce moment.