/news/society
Navigation

Me Extra Junior Laguerre: briser les barrières

Me Extra Junior Laguerre: briser les barrières
TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Me Extra Junior Laguerre deviendra bientôt le visage public du Barreau de Montréal. Premier Noir à accéder au poste de bâtonnier, il souhaite améliorer l’inclusion et la diversité au sein de la profession juridique. 

«Je me dis que c’était le temps, surtout pour Montréal. Mais avant tout, je suis juste très fier du parcours que j’accomplis», a-t-il souligné en entrevue.

C’est à partir du 5 mai qu’il deviendra officiellement le 156e bâtonnier de l’institution. Cela fera de lui le porte-parole des quelque 15 000 avocats exerçants à Montréal et qui représentent plus de la moitié des membres de la profession au Québec.

Il espère que ses nouvelles responsabilités permettront de donner un exemple positif aux jeunes et de leur donner une source d’inspiration. «Pour pouvoir aspirer à quelque chose, il faut avoir un modèle. S’il n’y en a pas, c’est difficile pour les jeunes de se projeter dans un poste», a rappelé Me Laguerre.

Les barrières ne sont pas un obstacle pour ce précurseur. En 2016, il était également devenu le premier avocat noir à être élu à la présidence du Jeune Barreau de Montréal, qui regroupe les avocats ayant moins de 10 ans de pratique.

De son propre aveu, rien ne le destinait pourtant à un tel parcours. Né en Haïti, il est arrivé au Québec, dans la région de Granby, à l’âge de 10 ans.

«C’est par chance que je suis devenu avocat; je voulais plutôt devenir policier. Au cégep de Granby, j’ai eu un cours d’initiation au droit, j’ai trouvé ça intéressant et je me suis inscrit en droit à l’Université de Sherbrooke», a-t-il confié.

Après une première année universitaire un peu trop festive, il décide de s’éloigner d’une région qu’il connaît trop bien, s’inscrivant à l’Université Laval afin de mieux se concentrer sur ses études. Il a ensuite suivi une maîtrise en fiscalité.

«Après cela, je me suis dit que l’endroit le plus propice pour pratiquer en fiscalité est à Montréal, vu que c’est le poumon économique du Québec. C’est comme ça que je me suis retrouvé dans la métropole», a-t-il révélé.

Avec ses nouvelles responsabilités, il explique vouloir rendre l’organisation plus visible. «Je pense que le Barreau a intérêt à exprimer sa voix pour élever le niveau du débat», a mentionné Me Laguerre, tout en nuançant qu’il ne souhaite pas «jouer les partis d’opposition».

Il indique vouloir également travailler sur le plan stratégique du Barreau afin de lui donner une «direction plus claire» dans le futur.