/world/africa
Navigation

Mozambique: 30 000 personnes forcées de fuir la ville de Palma depuis fin mars (ONU)

Mozambique: 30 000 personnes forcées de fuir la ville de Palma depuis fin mars (ONU)
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Genève | Près de 30 000 personnes ont été forcées de fuir la ville de Palma dans le nord-est du Mozambique, théâtre de violents combats à la fin mars, a indiqué vendredi l'ONU. 

Le Haut-Commissariat aux réfugiés «s'inquiète profondément des conséquences humanitaires liées à l'escalade rapide des violences dans le nord du Mozambique où quelque 30 000 personnes ont été forcées de fuir la ville de Palma depuis qu'elle a été attaquée par des groupes armés le 24 mars», a déclaré Babar Baloch, porte-parole du HCR lors d'un briefing de l'ONU à Genève.

«Ceux qui ont fui ont eu à faire face à des obstacles notables en essayant de se mettre en sécurité que ce soit dans le pays ou lors de leur tentative de traverser les frontières», a souligné M. Baloch.

Il a souligné que 80 % des personnes qui subissent des abus sont des femmes et des enfants.

Le porte-parole s'est également inquiété des familles qui sont séparées. «Des centaines d'enfants sont arrivés traumatisés et épuisés après avoir été séparés de leur famille», a déclaré M. Baloch.

Il a déclaré que les personnes déplacées «arrivent sans rien, souvent avec des problèmes de santé y compris des blessures et souffrant de malnutrition sévère».

«Des gens continuent de fuir Palma, mais avec seulement de rares voies d'évacuation encore ouvertes, nous nous inquiétons du fait qu'ils ne sont pas en mesure de quitter cette zone», a souligné M. Baloch.

Depuis fin 2017, des groupes djihadistes terrorisent la province du Cabo Delgado, pauvre mais riche en gaz naturel, située dans le nord-est du Mozambique, à la frontière avec la Tanzanie. 

Les attaques meurtrières de ces combattants, connus localement sous le nom d'«Al-Shabab» («les jeunes» en arabe), sont montées en puissance depuis un an: ils exercent une violence spectaculaire, pratiquant viols, décapitations et incendiant des villages, pour marquer les esprits.

Le 24 mars, des groupes armés ont attaqué la ville portuaire de Palma, faisant des dizaines de morts. Le raid a été revendiqué par le groupe État islamique.

Au fil des ans, ces violences ont déjà fait plus de 2800 morts, selon l'ONG Acled et forcé 700 000 personnes à fuir, selon le HCR.