/news/politics
Navigation

Les négos entre Québec et les professeurs débloquent

Lors d'une manifestation de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) à Montréal.
PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI Lors d'une manifestation de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault est en voie de concrétiser son engagement de hausser le salaire des professeurs: la FAE a entériné l’entente de principe intervenue avec Québec au moment où la FSE-CSQ présente une «proposition de règlement» à ses membres.

• À lire aussi: Une quarantaine de cégeps en grève en mai

La Fédération autonome de l’enseignement (FAE) s’est réjouie, vendredi, de voir l’écart salarial se réduire entre les professeurs québécois et leurs collègues du reste du Canada grâce à l’entente de principe intervenue avec Québec et que ses membres ont entérinée à 88%.

Les professeurs membres de la FAE vont dorénavant toucher 91 116$ par année lorsqu’ils atteignent le dernier échelon salarial, comparativement à 92 000$ en moyenne pour leurs collègues canadiens, a souligné le président de la centrale syndicale, Sylvain Mallette.

Les salaires de tous les autres échelons ont aussi été bonifiés, particulièrement celui à l’entrée qui passera de 46 000$ à 53 000$. Au terme du contrat de travail, en 2023, deux échelons seront aussi fusionnés pour permettre aux enseignants de plafonner plus rapidement.

Pour la première fois, Québec va également reconnaître leur «autonomie professionnelle», ce qui leur permettra d’effectuer jusqu’à deux heures de travail en dehors de l’école chaque semaine, pour faire de la correction par exemple.

Québec mettra aussi de l’argent afin d’embaucher plus de ressources destinées aux élèves en difficulté afin de libérer du temps pour les professeurs, particulièrement ceux du niveau secondaire.

«[Par exemple, pour] adapter le matériel pour certains élèves, on demandait aux profs de le faire. Maintenant, il y a des montants pour permettre d’avoir d’autres ressources, a précisé Sylvain Mallette. Mais on ne négocie pas pour ces corps d’emplois, ce qu’on a négocié, ce sont des sommes pour ces autres ressources.»

«Avec cette première entente globale, tous secteurs confondus, notre gouvernement démontre l'importance qu'il accorde au milieu de l'éducation», a indiqué la présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel.

La FAE compte neuf syndicats affiliés et représente 49 000 enseignants au primaire, au secondaire et à la formation professionnelle.

De leur côté, la FSE-CSQ et l’APEQ ont soumis récemment une «proposition de règlement» à leurs membres. Les deux syndicats préfèrent utiliser ce terme puisqu’elle ne répond pas à toutes leurs demandes.

«Malgré des gains intéressants, nous estimons ne pas avoir atteint tous les objectifs que vous aviez fixés au début de cette négociation. Comme c’est de votre quotidien [qu']il s’agit, il vous revient à vous seuls de décider si le résultat vous convient», peut-on lire dans un document d’information transmis aux membres.

Parmi les améliorations soumises aux membres, notons une hausse salariale sur trois ans de 1,75%, 1,75% et 1,5%, à laquelle pourrait s’ajouter une augmentation pouvant aller jusqu’à 1% selon la hausse de l’inflation et la croissance économique, de même que l’octroi de deux montants forfaitaires.

Les membres de la FSE-CSQ et de l’APEQ doivent faire le point sur cette offre le 17 mai prochain.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.