/opinion/columnists
Navigation

Passeport vaccinal : soyons réalistes...

Coup d'oeil sur cet article

Tandis que la vaccination progresse, des voix réclament l’instauration du passeport vaccinal. Ce serait, paraît-il, la seule manière de récupérer nos libertés et de redémarrer l’économie. Or, on peut approuver le vaccin, qui est un acte médical, et désapprouver le passeport, qui est un outil bureaucratique. Amalgamer les deux notions est un lamentable et pernicieux raccourci intellectuel.

Consommer

Pour promouvoir le passeport, on nous fait miroiter le privilège d’aller au restaurant ou au cinéma. Ces petits plaisirs sont certes agréables. Mais promettre la consommation pour légitimer le passeport est fondamentalement insultant. C’est faire de l’individu un vulgaire « homo consumerus », un zombie ne réagissant qu’au son de la caisse enregistreuse ou à l’odeur d’un burger.  

Pour tout être rationnel, l’instantanéité de la consommation n’est pas un critère de décision, surtout lorsqu’un virage sociétal est en jeu. La rationalité, c’est voir plus loin que son prochain achat et comprendre que la société que nous léguerons à nos enfants dépend de nos décisions d’aujourd’hui.

Or, soyons réalistes. Vu les coûts de l’instauration d’un passeport, cette mesure ne pourrait être temporaire. Il faut donc analyser les risques qu’il présente pour la vie privée et, surtout, envisager les tentations éventuelles pour les États de l’utiliser à d’autres fins.

Ainsi, accepter le passeport à la hâte, sans en mesurer les tenants et aboutissants, n’est pas une preuve de solidarité.  

Au contraire, c’est l’apanage d’une société nombriliste, sans vision d’avenir, et obnubilée par la satisfaction immédiate de plaisirs éphémères.  

C’est dire à nos enfants que notre soif de consommer l’emporte sur le type de société dont ils hériteront. C’est la victoire du consumérisme égoïste sur la responsabilité intergénérationnelle !

Pandore 

L’humanité a surmonté les pires épidémies sans recourir au passeport vaccinal. Prenons donc le temps d’en débattre. Il ne faudrait quand même pas ouvrir la boîte de Pandore juste pour un banal repas au resto !