/sports/football
Navigation

Retour sur la première ronde du repêchage de la NFL

Coup d'oeil sur cet article

La première ronde est déjà chose du passé au repêchage de la NFL. Avant que les équipes se lancent dans les rondes 2 à 7, petit retour sur chacune des 32 sélections qui ont meublé ce premier tour.

• À lire aussi: Repêchage de la NFL: ruée vers les quarts-arrière

• À lire aussi: Le tout pour le tout

1) Trevor Lawrence, quart-arrière, Clemson (Jaguars)

Photo AFP

Que peut-on ajouter? Tout a tellement été dit sur l’intelligence de Trevor Lawrence, son leadership, ses qualités athlétiques, son gabarit, sa vélocité... En gros, s’il ne sauve pas les Jaguars, personne ne le fera.


2) Zach Wilson, quart-arrière, BYU (Jets)

Photo AFP

Pas de surprise là non plus. Wilson a explosé cette saison, alors qu’on parlait à peine de lui en 2019. C’est un couteau à deux tranchants. Va-t-il poursuivre sur sa lancée en pratiquant son style frondeur avec des passes à angles variés et un talent fou pour improviser? Va-t-il retomber sur terre dans une équipe qui ne semble clairement pas prête à passer au prochain niveau?


3) Trey Lance, quart-arrière, North Dakota State (49ers)

Photo AFP

Lance arrive dans une situation idéale à San Francisco. Malgré son manque d’expérience, il sera fort bien dirigé et entouré d’armes de grande qualité. Il tombe au sein d’une équipe qui figure déjà parmi les prétendants sérieux, mais reste à voir si les 49ers opteront pour la prudence en le laissant apprendre ou s’ils seront pressés de lui confier le ballon.


4) Kyle Pitts, ailier rapproché, Florida (Falcons)

Photo AFP

Les Falcons ont plusieurs trous à combler en défensive et ils ont probablement tenté de se défaire de ce choix pour obtenir une manne. Toutefois, Pitts est un joueur spécial. Oui, c’est tôt pour un ailier rapproché, mais il est le seul de sa cuvée qui a les qualités pour transformer une attaque. Il sera aligné autant sur la ligne qu’à l’extérieur, et le duo avec Hayden Hurst promet. C’est juste que la défensive des Falcons fait vraiment pitié. Il faudra y voir vendredi et samedi...


5) Ja’Marr Chase, receveur, LSU (Bengals)

Photo AFP

Le dilemme semblait entier pour les Bengals. Aider Joe Burrow à survivre via la ligne offensive ou en lui fournissant une arme pour qu’il puisse dégainer plus rapidement. Chase est un receveur au talent unique et il est familier avec Burrow, les deux ayant évolué à LSU. Il y a beaucoup de profondeur dans cette cuvée sur la ligne offensive, et les Bengals pourront s’y attarder en deuxième ronde.


6) Jaylen Waddle, receveur, Alabama (Dolphins)

Photo AFP

Voilà une autre équipe qui avait l’embarras du choix entre la ligne offensive et un receveur. Et encore une fois, on assiste à une réunion entre le quart Tua Tagovailoa et le receveur Jaylen Waddle, deux complices en Alabama. Waddle est le receveur perçu comme étant le plus explosif du repêchage, et plusieurs aiment le comparer à Tyreek Hill pour ses mouvements soudains et sa propension à transformer un court jeu en long gain. Il faudra voir si en Tua, il trouvera son Mahomes...


7) Penei Sewell, bloqueur, Oregon (Lions)

Un excellent choix, voire inespéré, pour les Lions. Le nouveau régime est en place avec des contrats à long terme en poche, ce qui signifie que l’organisation se montrera patiente quant au plan de reconstruction. Il vaut mieux bâtir par les fronts. Il faudra maintenant dénicher quelques receveurs. Bonne nouvelle, il en reste un paquet avec un fort potentiel. 


8) Jaycee Horn, demi de coin, South Carolina (Panthers)

Enfin un joueur défensif! Pas le demi de coin que la plupart voyaient sortir en premier, mais Horn joue avec attitude et se retrouve constamment dans la face des receveurs adverses, lui qui joue de manière hyper agressive. Les Panthers semblent donc commis à Sam Darnold comme quart-arrière, puisqu’ils avaient une occasion en or d’opter pour Justin Fields ou Mac Jones.


9) Patrick Surtain II, demi de coin, Alabama (Broncos)

Photo AFP

Très surprenant! Pas le fait que Surtain sorte aussi tôt, c’était même prévisible. Le truc, c’est que les Broncos se sont améliorés à cette position durant la saison morte et pouvaient assurément regarder du côté des quarts-arrière pour s’améliorer. L’occasion était belle et il y a lieu de se demander si les Broncos visent un échange avec les Packers pour obtenir Aaron Rodgers, qui est mécontent et exige de quitter l'équipe. En fin de compte, Surtain semble être un choix sûr et il n’y a jamais trop de bons demis de coin quand on affronte deux fois par saison Patrick Mahomes et Justin Herbert. 


10) DeVonta Smith, receveur, Alabama (Eagles)

Photo AFP

En l’espace de quelques mois, les Eagles sont passés du choix 6 au choix 12, puis au choix 10. Beaucoup de manœuvres et ils sentaient la soupe chaude au dernier moment par rapport au fait que les Giants risquaient de leur voler leur homme au 11e rang. Les Eagles ont donc monté au 10e rang, et il faut apprécier leur choix. Smith est très petit (160 livres), mais il ne joue pas comme un petit receveur, et ses tracés sont très développés. Il devrait être productif, et il faudra voir si l’autre receveur choisi en première ronde l’an passé, Jalen Reagor, se développera à ses côtés.


11) Justin Fields, quart-arrière, Ohio State (Bears)

Pour monter de neuf rangs, les Bears ont donné aux Giants leur choix de 5e ronde cette année, ainsi que leur choix de première ronde et de quatrième ronde l’an prochain. Ils réalisent un coup fumant en mettant la main sur Justin Fields, qui a été très productif sur la scène universitaire. Fields attaque en profondeur, fait preuve de précision et est un excellent athlète. Difficile de comprendre comment il a pu descendre aussi bas au repêchage. L’un des choix les plus solides de la soirée, même s’il n’y a aucune certitude quant à son rendement dans la NFL.


12) Micah Parsons, secondeur, Penn State (Cowboys)

Photo AFP

Aucun doute que Parsons risque de devenir un très bon joueur, mais les Cowboys auraient bénéficié de renfort dans la tertiaire ou sur la ligne offensive. Avec Jaylen Smith et Leighton Vander Esch à bord, ce n’était pas une nécessité absolue. Les Cowboys ont opté pour la stratégie du meilleur joueur défensif disponible au-delà du besoin.


13) Rashawn Slater, bloqueur, Northwestern (Chargers)

Photo AFP

L’un des choix qui fait le plus de sens dans cette première ronde. Les Chargers ont déjà attaqué leurs problèmes sur la ligne offensive sur le marché des agents libres, mais Slater amène une touche finale aux rénovations nécessaires. Avec un jeune joyau comme Justin Herbert, pas de risque à prendre. Il est étonnant que Slater glisse jusqu’à eux, dans une situation idéale. Une belle combinaison de besoin et de meilleur joueur disponible. 


14) Alijah Vera-Tucker, garde, USC (Jets)

Les Jets craignaient visiblement que les Vikings sautent sur Vera-Tucker, car ils leur ont donné deux choix de troisième ronde pour s’avancer à leur place. Ils ont misé sur un joueur de ligne polyvalent, qui a autant performé comme garde que comme bloqueur à gauche à USC. Investir sur la ligne offensive, ce n’était assurément pas un luxe, et Vera-Tucker est perçu comme l’une des valeurs sûres du repêchage.


15) Mac Jones, quart-arrière, Alabama (Patriots)

Photo AFP

Voilà, les Patriots mettent la main sur leur quart-arrière du futur. Jones n’est pas un joueur explosif, mais sa précision et sa production ont séduit Bill Belichick, qui a sans doute eu de nombreuses conversations avec son bon pote Nick Saban, en Alabama, au sujet du pivot. Pour que Belichick opte pour un quart-arrière en première ronde, il faut qu’il soit éperdument amoureux de lui. Jones sera bien protégé en Nouvelle-Angleterre et les Patriots ne précipiteront pas son entrée. À première vue, le mariage avec le style offensif des Patriots semble bien cadrer.


16) Zaven Collins, secondeur, Tulsa (Cardinals)

Après Isaiah Simmons l’an dernier, un autre secondeur cette année. Deux bons athlètes au milieu du terrain, même si Collins n’est pas dans le moule «couteau suisse» de Simmons. Pas un mauvais choix des Cardinals, même si le besoin le plus criant semblait se situer dans la tertiaire. 


17) Alex Leatherwood, bloqueur, Alabama (Raiders)

Il représente l’un des choix les plus décriés de cette première ronde. Pas parce que Leatherwood ne peut faire le travail, mais parce que peu le percevaient comme un choix de milieu de premier tour. Les Raiders ont pris l’habitude dans les dernières années d’y aller avec de tels choix qui sortent du champ gauche. N’empêche que Leatherwood permet d’attaquer un besoin urgent après le récent démantèlement de la ligne offensive. Mais pourquoi pas Christian Darrisaw?


18) Jaelan Phillips, ailier/secondeur, Miami (Dolphins)

Si Phillips ne montrait pas un historique médical aussi inquiétant, il serait parti beaucoup plus tôt. Les Dolphins obtiennent probablement le joueur le plus talentueux de sa cuvée pour appliquer la pression, mais les commotions cérébrales ont été jusqu’à pousser Phillips à prendre temporairement sa retraite sur la scène universitaire. Il a tellement de potentiel qu’il est difficile de ne pas aimer le risque pour les Dolphins.


19) Jamin Davis, secondeur, Kentucky (Washington)

Washington mise déjà sur une ligne défensive extraordinaire, mais au deuxième niveau, un secondeur rapide capable de couvrir beaucoup de terrain manquait à l’appel. Il s’en trouvera toutefois pour dire que l’équipe aurait bénéficié davantage de support sur la ligne offensive.


20) Kadarius Toney, receveur, Florida (Giants)

Décidément, les Giants tiennent à multiplier les munitions autour de leur quart-arrière Daniel Jones. Après l’embauche à fort prix du receveur Kenny Golladay sur le marché des agents libres, ils ajoutent un autre receveur en Toney. Il devrait évoluer à l’intérieur, et ses mouvements brusques et élusifs en éblouiront plus d’un. Il est toutefois étonnant qu’il sorte aussi tôt, et on aurait voulu voir les Giants donner du muscle à leur front défensif.


21) Kwity Paye, ailier/secondeur, Michigan (Colts)

Les Colts ont payé pour aller chercher le quart-arrière Carson Wentz. Avec la retraite du bloqueur Anthony Castonzo, je m’attendais à ce qu’ils s’attaquent à cette position. Paye représente toutefois une belle valeur défensive à ce stade, même si la production n’a pas été à la hauteur du potentiel à Michigan. La défensive des Colts mise habituellement sur la vitesse avant tout, mais la versatilité de Paye leur plaira.


22) Caleb Farley, demi de coin, Virginia Tech (Titans)

Un demi de coin hyper talentueux qui aidera à pallier les départs de Malcolm Butler et de Adoree' Jackson... s’il est en santé. En effet, le problème dans le cas de Farley est une blessure au dos qui tarde à guérir. Sinon, Farley est un joueur rapide, qui a tout pour exceller au prochain niveau.


23) Christian Darrisaw, bloqueur, Virginia Tech (Vikings)

Les Vikings ont manœuvré à merveille en glissant de neuf rangs, tout en mettant la main sur un bloqueur de fort calibre et sur deux choix de troisième ronde des Jets (66 et 86). Difficile de demander mieux! Parmi les bloqueurs disponibles, Darrisaw est celui qui a obtenu la meilleure note de Pro Football Focus en protection de passe, un besoin évident chez les Mauves. 


24) Najee Harris, porteur de ballon, Alabama (Steelers)

Absolument rien contre Harris, un porteur qui peut être utile aux Steelers autant dans le jeu aérien que terrestre. Par contre, la ligne offensive devant lui est de plus en plus démunie. Harris devra visiblement faire son chemin par lui-même, et ce n’est pas donné à tous les porteurs dans la NFL. À suivre!


25) Travis Etienne, porteur de ballon, Clemson (Jaguars)

Etienne est un porteur qui est une menace constante pour le long jeu et qui ouvrira le jeu aérien chez les Jaguars. Sauf que cette équipe misait déjà sur un jeune porteur qui a très bien fait à sa saison recrue en James Robinson. Pour un club qui a beaucoup de brèches à colmater, c’est ce qu’on appelle un choix de luxe. Etienne sera un visage familier pour acclimater Lawrence à son nouvel environnement, les deux ayant fait des ravages ensemble à Clemson.


26) Greg Newsome II, demi de coin, Northwestern (Browns)

Les Browns font tout pour avoir une tertiaire dominante pour de nombreuses années. Après Denzel Ward en 2018, Greedy Williams en 2019 et le maraudeur Grant Delpit en 2020, c’est la quatrième année de suite qu’ils investissent sur un demi défensif à l’intérieur des deux premières rondes. C’est en plus de l’ajout du maraudeur John Johnson et du demi de coin Troy Hill sur le marché des agents libres en mars. Newsome est un demi de coin dans le moule des durs à cuire qui ne s’en laissera pas imposer.


27) Rashod Bateman, receveur, Minnesota (Ravens)

Difficile de trouver du négatif sur Bateman. Sans être le joueur le plus explosif ou qui se fait le plus remarquer, il est un receveur qui peut être déployé dans différents rôles, il est doté d’une bonne vitesse et il exécute tous les tracés avec un souci technique remarquable. Le seul hic, c’est qu’avec Lamar Jackson, les Ravens n’ont pas le quart-arrière idéal pour distribuer les ballons à outrance. Bateman devrait néanmoins être le complément parfait pour l’explosif Marquise Brown.


28) Payton Turner, ailier/secondeur, Houston (Saints)

Il y avait des rumeurs voulant que les Saints tentent le grand saut jusque dans le top 10, mais la démarche a visiblement avorté. Plusieurs déplorent le choix de Turner, mais ce n’est pas mon avis. Sa valeur était à la hausse depuis quelque temps et il fallait dénicher un joueur capable de mettre la pression de l’autre côté de Cameron Jordan, après le départ de Trey Hendrickson puisque Marcus Davenport ne semble pas vouloir éclore. À 6 pi 6 po et 270 lb, doté de longs bras, il pourrait faire des ravages.


29) Eric Stokes, demi de coin, Georgia (Packers)

Quelle journée tumultueuse pour les Packers! Le tout a débuté avec des informations crédibles selon lesquelles Aaron Rodgers souhaite quitter le navire et être échangé. Rien que ça! En première ronde, les Packers auraient pu tenter de lui tendre le calumet de la paix en repêchant un receveur, mais se sont plutôt tournés vers un demi de coin. C’est donc dire que neuf des 10 derniers choix de première ronde des têtes fromagées ont été consacrés à des joueurs défensifs. Le dixième? Jordan Love, le quart-arrière choisi l’an dernier pour prendre la relève de Rodgers. On a vu mieux comme tentative de réconciliation!


30) Gregory Rousseau, ailier/secondeur, Miami (Bills)

Photo AFP

Il aurait été permis d’être frileux si Rousseau était sorti, comme certains semblaient le croire, assez tôt en première ronde. Au 30e rang, avec plusieurs «edge» déjà partis, les Bills ont fait un superbe choix qui risque de rapporter gros. Ils comblent leur plus gros besoin, et Rousseau, s’il a bien la tête au football, a tous les atouts physiques et le talent pour devenir une force brutale. Il y a un risque, mais le potentiel de récompense est immense.


31) Jayson Oweh, ailier/secondeur, Penn State (Ravens)

Oweh est l’un des espoirs les plus intrigants du repêchage. Il n’a assurément pas été productif la saison dernière à Penn State avec aucun sac, mais il est un athlète phénoménal doté d’une rare vitesse pour un tel gabarit et qui a tout cassé dans les tests physiques. Dans n’importe quelle équipe, miser sur l’athlétisme plutôt que sur la production serait une erreur. Dans le cas des Ravens, tout se transforme en or chez eux avec leurs joueurs chargés de chasser les quarts-arrière.


32) Joe Tryon, ailier/secondeur, Washington (Buccaneers)

On n’a jamais trop de chasseurs de quarts à bord, sans compter que Jason Pierre-Paul ne sera pas là éternellement. Tryon se pointe dans une situation enviable et partagera sous peu le terrain avec Shaquil Barrett. Les Bucs n’avaient pas de trou dans leur alignement et ils s’assurent de maintenir l’une de leurs forces bien en vie. Rien à redire!