/opinion/columnists
Navigation

Je suis vaccinée et je n'ai pas peur

Je suis vaccinée et je n'ai pas peur

Coup d'oeil sur cet article

C’est fait, depuis mercredi, je suis vaccinée. Et non, ce n’est pas parce que je suis enceinte que j’ai eu droit, à 38 ans, à ma dose de Pfizer. Avec trois enfants, j’estime que j’ai fait ma part pour le Québec de demain. Non, si j’ai eu accès à la vaccination, c’est que je fais de l’asthme.

À moi l’immunité

D’emblée, je n’étais pas certaine de pouvoir me faire injecter le délicieux nectar. Même si Christian Dubé a répété que tous les malades chroniques et personnes atteintes de maladies respiratoires pouvaient prendre rendez-vous, je ne savais pas si « asthmatique » se classait dans ces catégories.  

Après moult tergiversations, recherches sur le site du gouvernement et conversations avec mes collègues (ils sont très patients), j’ai compris que mon état de santé me donnait droit à la divine injection. 

L’infirmière me le confirme lors de mon arrivée au stade olympique. Sauf que je dois lui montrer ma médication. Le ministre Dubé avait pourtant promis qu’on ne jouerait pas à la police. Mais peu importe, je suis de bonne humeur et asthmatique, je le suis. J’exhibe donc fièrement mon sac Ziploc avec mes trois pompes dedans.

  • Écoutez l’entrevue de Luc Bonneville, professeur titulaire à l’Université d’Ottawa spécialiste en communication et santé

Un système bien rodé

Après avoir scanné trente-douze fois ma carte soleil, on me conduit dans les entrailles du stade. Ici, je m’en voudrais de ne pas souligner l’efficacité redoutable du personnel qui travaille dans ce haut lieu de l’immunité collective. 

Je vous jure que ça y allait par là. Aucun niaisage. Mon rendez-vous était à 8 h 35 et à 8 h 25, j’étais vaccinée. En bonne fille du lac, j’exagère un peu. En plus, je n’ai eu AUCUN effet secondaire. À peine un petit mal de bras. 

Pendant que j’écris ces lignes, mon immunité contre la COVID-19 est en train de croître. Vous rappelez-vous l’année qu’on vient de passer ? 

Je pense qu’il faut songer à ça, quand on a peur. Il faut penser à ça et réfléchir à ce miracle scientifique auquel on a droit gratuitement, un miracle qui va nous permettre de ravoir nos vies d’avant et de serrer ceux qu’on aime dans nos bras.