/world/pacificasia
Navigation

400 000 cas supplémentaires en 24 heures en Inde, qui ouvre la vaccination à l’ensemble de sa population

400 000 cas supplémentaires en 24 heures en Inde, qui ouvre la vaccination à l’ensemble de sa population
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’Inde a ouvert samedi sa campagne de vaccination contre le coronavirus à l’ensemble de sa population adulte malgré la pénurie de vaccins, et a prolongé d’une semaine le confinement de New Delhi pour freiner l’explosion des contaminations, qui a établi un nouveau record mondial. 

• À lire aussi: Le pape démarre un «marathon de prière» contre la pandémie

• À lire aussi: Dispersion par la force d’un rassemblement interdit dans un parc à Bruxelles

• À lire aussi: Inde: New Delhi prolonge son confinement d’une semaine

En première ligne face à la pandémie, avec le Brésil, l’Inde a répertorié samedi 401 993 nouvelles contaminations dans les dernières 24 heures, une première mondiale, a annoncé le ministère de la Santé. Au total, plus de 151 millions de personnes ont été contaminées dans le monde depuis fin 2019, dont plus de 3,18 millions qui en sont décédés, selon un bilan de l’AFP samedi.

Lors du mois d’avril, l’Inde a détecté environ sept millions de nouvelles infections. Quelque 3523 morts ont été enregistrés lors de la journée de samedi, portant le total à 211 853 décès. De nombreux experts estiment toutefois que les chiffres réels sont beaucoup plus élevés.

L'objectif de ce pays de 1,3 milliard d’habitants de vacciner ses 600 millions d’adultes semble déjà compromis.

Plusieurs États, dont le Maharashtra (ouest) et New Delhi — parmi les plus touchés —, ont prévenu qu’ils étaient à court de vaccins et que le déploiement élargi de la campagne était menacé par des querelles administratives, une confusion sur les prix et des problèmes techniques sur la plateforme numérique de vaccination du gouvernement.

Jusqu’à présent, environ 150 millions de vaccins ont été administrés, ce qui représente 11,5% de la population, et à peine 25 millions d’habitants ont reçu leurs deux doses.

«Les files d’attente ici sont tellement énormes», a déclaré Jayanti Vasant, dans un centre de vaccination très fréquenté de Bombay, «et les gens ne cessent de se battre».

Au moins 16 malades de la COVID-19 et deux infirmières sont morts samedi dans l’incendie de l’hôpital de Bharuch, dans le Gujarat (ouest), qui a frappé des services de santé débordés.

«Impact significatif» du confinement

L’aide médicale internationale, annoncée par plus de 40 pays, a commencé à arriver cette semaine en Inde, où les hôpitaux manquent cruellement de lits, d’oxygène et de médicaments.

Pour tenter d’alléger la pression sur les services de santé, les autorités de New Delhi ont annoncé la prolongation d’une semaine du confinement de la mégalopole, qui devait s’achever lundi.

Le conseiller médical de la présidence américaine, le Dr Anthony Fauci, a recommandé l’instauration immédiate d’un confinement national de plusieurs semaines, une option face à laquelle le gouvernement du premier ministre Narendra Modi s’est montré réticent.

«Personne n’aime voir un pays confiné [...], mais si vous le faites juste pour quelques semaines, vous pourriez avoir un impact significatif sur la dynamique de l’épidémie», a déclaré le Dr Fauci dans une interview donnée à la presse indienne.

À l’échelle mondiale, l’Amérique latine est également frappée de plein fouet, à commencer par le Brésil — où la vaccination n’a toujours pas décollé —, qui a enregistré vendredi 2595 nouveaux décès. Cela porte le bilan pour avril à 82 266, deuxième record mensuel consécutif depuis le début de la pandémie, selon des chiffres du ministère de la Santé.

Au total, le pays de 212 millions d’habitants déplore 403 781 morts, ce qui en fait le deuxième plus endeuillé au monde derrière les États-Unis (plus de 575 000 morts).

L’Équateur a aussi terminé le mois avec un record mensuel de contagions, comptant plus de 53 000 nouveaux cas. Et en Argentine, le couvre-feu nocturne a été prolongé vendredi pour trois semaines à Buenos Aires et dans sa banlieue en raison de l’augmentation des contaminations.

Cinq vaccins homologués par l’OMS

Alors que le pape François débute samedi une série de prières pour la fin de la pandémie, l’Europe et les États-Unis espèrent la laisser derrière eux d’ici l’été grâce à l’accélération de la vaccination.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a d’ailleurs accordé vendredi son homologation d’urgence au vaccin contre la COVID-19 du laboratoire américain Moderna, le cinquième à bénéficier d’une telle validation de l’agence sanitaire de l’ONU.

Cent millions de personnes sont entièrement vaccinées contre le coronavirus aux États-Unis, ont annoncé vendredi les autorités sanitaires américaines, saluant une «étape majeure».

Certains pays européens assouplissent de leur côté les restrictions, espérant relancer leur économie plombée par les mesures sanitaires.

Le PIB a reculé au premier trimestre de 1,7% en Allemagne, de 0,4% en Italie, de 0,5% en Espagne et de 3,3% au Portugal, qui rouvre samedi sa frontière avec l’Espagne et amorce la quatrième et dernière phase de son déconfinement entamé à la mi-mars.

La Pologne commence également samedi, avec l’autorisation d’une partie des activités sportives, la levée progressive d’ici fin mai de ses restrictions. En Ukraine, centres commerciaux, restaurants et salles de sport rouvrent aussi leurs portes, avant les écoles mercredi.

En revanche, en Russie, pays parmi les plus touchés au monde, selon ses statistiques de surmortalité qui ne correspondent pas aux chiffres officiels de mortalité COVID-19, dix jours fériés ont été décrétés pour lutter contre un regain épidémique, du 1er au 10 mai.

Les restrictions de mouvement continuaient à susciter des protestations, notamment en Europe.

À Helsinki, la police finlandaise a annoncé avoir arrêté une cinquantaine de personnes ayant participé à une manifestation de quelques centaines d'individus.

Et à Bruxelles, plusieurs centaines de personnes ont bravé samedi l’interdit des autorités belges et se sont réunies pour «faire la fête» dans un parc, malgré la présence policière.

À VOIR AUSSI