/sports
Navigation

Olivier Primeau : «Je veux un club sportif professionnel [...] peut-être les Canadiens...»

Olivier Primeau : «Je veux un club sportif professionnel [...] peut-être les Canadiens...»
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Coup d'oeil sur cet article

Grand passionné de sport, l’entrepreneur Olivier Primeau a récemment été nommé commissaire de la Ligue nationale de hockey balle (LNHB), qui pourrait amorcer ses activités cet été. Un rôle qui l’emballe au plus haut point. 

Le propriétaire du Beachclub de Pointe-Calumet s’est ainsi joint à l’équipe d’Alex Burrows, qui organise chaque année des tournois de hockey balle d’envergure.

«Moi, je suis vraiment là pour faire connaître le sport, négocier avec les commanditaires, m’occuper de tout ce qui n’est pas opération hockey», a raconté Primeau dans le cadre d’une entrevue avec Jean-Philippe Bertrand pour la baladodiffusion "La dose de plus".

«On a une belle dynamique et je ne pensais pas qu’il y aurait une aussi belle réaction. Quand tu regardes les chiffres, il y plus de 55 000 joueurs qui jouent à ça chaque semaine au Québec et le triple pour aller voir. C’est du monde. Le bassin de joueurs et de joueuses augmente chaque année et les centres de dek-hockey poussent comme des champignons.»

Après avoir annulé sa saison inaugurale l’an dernier en raison de la pandémie de COVID-19, la ligue pourrait voir le jour cet été. Mais rien n’est confirmé, puisque la situation sanitaire demeure extrêmement précaire. Les organisateurs ont de grandes ambitions pour leur circuit et Primeau est le premier à reconnaître que cette année n’est pas la meilleure pour lancer les opérations.

«On veut faire un repêchage, remettre les chandails; on veut que ce soit une vraie ligue sérieuse, a dit Primeau. Les gars seront payés. Ça va de 25 à 250 $ par match. Il faut commencer quelque part. Il y a un plafond salarial pour les équipes, des dates d’échange...»

De grandes ambitions

L’implication de Primeau dans ce projet est naturelle, puisque l’entrepreneur est un fou du sport. Non seulement il adore en regarder, mais il en pratique également plusieurs.

«Je ne suis pas mauvais et je ne suis pas très bon dans aucun sport. Je suis “average” +, à part au golf où je suis un peu meilleur que la moyenne. J’ai joué au hockey toute ma vie... Je joue encore, mais moins sérieusement. Je joue beaucoup au softball; ça fait 5-6 ans que je suis dans une ligue. J’ai joué au soccer, j’ai fait sport-études quand j’étais au secondaire. Ping pong, ballon-balai, vélo... j’ai fait tous les sports.»

La prochaine étape pour lui est assez claire. «Je veux un club sportif professionnel. Lequel? Je ne sais pas. On rêve, peut-être le Canadien un jour. Parce que si tu ne rêves pas, c’est plate.»

Primeau a déjà tenté sa chance lorsque les Alouettes étaient à vendre.

«J’avais demandé une rencontre avec Pierre Boivin. Je suis entré dans le bureau [...] et j’ai eu un non direct. Je vais t’avouer que je l’ai très mal pris. Je suis un fan de football et je suis un fan des Alouettes depuis que je suis tout jeune.»

Pour le CF Montréal!

Grand amateur de soccer, Primeau a aussi déjà exprimé son intérêt pour l’Impact. «J’aimerais encore avoir des parts dans le CF Montréal», a-t-il indiqué.

«Je trouve le changement de nom pour le CF Montréal extraordinaire. En fait, c’est un changement de culture qu’ils ont fait. Quand tu prends le temps de lire, d’écouter et de comprendre pourquoi ils l’ont fait, à long terme, ça va être magnifique.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.