/finance/business
Navigation

La FTQ veut une bonne offre pour tous les métiers

Coup d'oeil sur cet article

Le président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), Daniel Boyer, est le seul qui a insisté pour qu’on privilégie une offre tapis pour tous les types d’emplois parmi ses membres.

• À lire aussi: François Legault demande aux syndicats d’intensifier les négociations

Le gouvernement souhaite avoir une stratégie différente depuis le début des négociations et il a fait des offres uniques selon le métier.

Par exemple, en plus du 5% pour tous les secteurs d’emplois, une augmentation de 18% est prévue pour les nouveaux enseignants, une hausse de 23% pour les salaires des préposés aux bénéficiaires dans les CHSLD, etc. 

«On est bien conscient qu'il y a une problématique particulière pour les enseignants, les préposés aux bénéficiaires et les infirmières, mais il y a aussi une problématique aux autres types d’emplois. Il y a un problème d’attractivité et de rétention pas juste dans trois types d’emplois dans nos grands réseaux, mais dans plusieurs types d’emplois», mentionne le président de la FTQ.

Historiquement, le gouvernement a toujours fait des offres regroupant tous les types d’emplois. Ce changement dans la démarche du gouvernement pourrait entraîner d’autres problèmes, selon le syndicat.

«Les ententes sont intéressantes pour certains types d’emplois, et les autres se posent la question: “Il reste quoi pour moi? Qu’est-ce qu’on m’offre à moi?” On m’offre 5% d’augmentation sur trois ans, alors que les problématiques d’attractions, de rétentions et de charge de travail sont là pour tout le monde», rappelle Daniel Boyer.

La pandémie n’est pas une excuse

«Toutes les fois qu’on négocie dans le secteur public, l’État n’a pas les moyens pour payer ses employés... Nous, on n’a pas de problèmes à ce qu’on investit dans les infrastructures, mais nos services publics craquent au moment ou l’on se parle», mentionne le président de la FTQ.

Daniel Boyer a terminé l’entrevue à LCN avec Michel Jean en rappelant que ce qui l’inquiète, c’est qu’il y a des employés qui devancent leur retraite et que de jeunes travailleurs partent après seulement quelques années de service.

Déception

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec s’est dite déçue à la sortie de la rencontre à laquelle le premier ministre et la présidente du Conseil du trésor ont convoqué dimanche après-midi les principales organisations syndicales impliquées dans la négociation du secteur public. Par voie de communiqué, le président de la FTQ, Daniel Boyer, a évoqué que si les conditions salariales ne s’améliorent pas, l’exode des travailleurs va se poursuivre. 

«C'est la 3e fois depuis mars 2020 que le premier ministre et le Conseil du trésor nous rencontrent pour essentiellement nous répéter les mêmes choses. Et tout comme l'an dernier, nous répétons que oui nous voulons négocier, oui nous sommes prêts à accélérer les échanges, mais encore faut-il que les négociateurs patronaux aient les mandats de faire bouger les choses. Ce n'est visiblement toujours pas le cas.»

Statistiques de la FTQ   

  • Moyenne salariale des employés du secteur public (FTQ): 39 818,76 $ 
  • Moyenne salariale des employés occasionnels et temporaires (FTQ) du secteur public (autres que réguliers): 28 184,06$ 
  • Retard salarial du secteur public (FTQ): 9,2% 
  • Pourcentage de femmes que nous représentons (FTQ): 73,8% 
  • Pourcentage de travailleurs et travailleuses qui n'ont pas de permanence ou de poste à temps complet (FTQ): 42,3%  

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.