/opinion/columnists
Navigation

L’envers de la médaille

Coup d'oeil sur cet article

Il est impossible d’émerger du documentaire Pression, où des patineurs et patineuses artistiques témoignent de la détresse vécue dans leur sport, sans croire qu’il est grand temps de revoir les techniques d’entraînement et la philosophie de cette discipline.

C’est le cœur gros qu’on entend la championne Cynthia Phaneuf affirmer que jamais elle n’encouragera ses filles à patiner. « Je ne veux pas qu’elles aient les mêmes démons que j’ai eus. J’entre dans un aréna et j’ai un mal-être », dit-elle. 

C’est triste, parce que dans un monde normal, la patineuse inspirante devrait témoigner d’une carrière heureuse. Elle est plutôt ressortie brisée de son grand rêve d’enfance.  

Favoritisme et détresse 

Bien des gens sont rivés devant leur écran, pendant les Olympiques, pour voir performer ces magnifiques athlètes. Bien sûr, on trouve étrange de savoir d’avance qui va grimper sur le podium, et dans quel ordre. Les témoignages recueillis dans Pression confirment que favoritisme et décisions convenues d’avance plombent cette discipline. 

Mais surtout, en admirant ces performances, on ne réalise pas toute la détresse qu’endurent plusieurs jeunes. Soumis à une pression indue, les athlètes lèvent le voile sur l’inacceptable, qui a fini par les rendre malades.  

Ménage du printemps 

Malgré tout, il y a de l’espoir, comme le démontre le travail des ex-patineurs olympiques Marie-France Dubreuil et Patrice Lauzon. Leur école enchaîne les succès, et fonctionne selon une nouvelle philosophie des plus inspirantes, à laquelle s’intéressent même la Chine et la Russie. 

« Le changement, ça fait peur aux êtres humains, et ce n’est pas différent dans le sport », observe au bout du fil Sylvain Croteau, de Sport’Aide, organisme qui œuvre pour éliminer la violence dans le sport. 

Et ce changement doit concerner non seulement les entraîneurs, insiste M. Croteau, mais aussi les organisations, leurs administrateurs et les parents. 

Comme l’exprime si bien le patineur Shawn Sawyer, ce sport extraordinaire est vraiment mûr pour un grand ménage du printemps.