/sports/others
Navigation

Mai, le mois du vélo

gutgelaunte Gruppe Mountainbiker
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Mai se pointe toujours sur deux roues au Québec, puisqu’il s’agit du Mois du vélo. Après avoir attendu tout l’hiver le retour de la belle saison, tous les prétextes sont bons pour pédaler : se rendre au boulot, faire ses emplettes, garder la forme, découvrir de nouveaux horizons. Certes, il existe mille et une bonnes raisons d’attraper son guidon.

Mai est reconnu comme le mois du vélo depuis 1956 aux États-Unis. Plusieurs autres pays, provinces et villes d’Amérique du Nord ont rejoint le mouvement au fil des ans et c’est en 2015 que Vélo Québec a proclamé que mai serait dorénavant le Mois du vélo dans la province. 

Toute la population est invitée à participer aux « cycloactivités » organisées dans différentes régions du Québec, à se joindre à la compétition amicale du Défi du Mois du vélo et à prendre connaissance d’une foule d’informations utiles (velo.qc.ca) pour vivre une saison de vélo conviviale et sécuritaire.

Cette « cyclofête » se veut une source de motivation pour enfourcher sa bicyclette à toutes occasions et pour profiter des nombreux avantages que procure la pratique du vélo comme moyen de transport. Voici d’ailleurs quelques faits saillants mis en lumière par Vélo Québec.

Bon pour la santé

Se déplacer à vélo « permet d’intégrer l’activité physique au quotidien, contribuant du même coup à diminuer le stress et à améliorer la santé psychologique ». Les gens qui font du vélo-boulot sont de 4 % à 15 % plus productifs et ont un taux d’absentéisme 15 % plus bas que la moyenne.

Écologique

Le déplacement à vélo ne génère aucun gaz à effet de serre. « Chaque kilomètre parcouru en vélo plutôt qu’en voiture permet de réduire de 229 g les émissions de CO2 dans l’atmosphère », améliorant ainsi la qualité de l’air et réduisant notre empreinte carbone. 

Efficace

Saviez-vous qu’en milieu urbain, 5 km de vélo se parcourent en 25 minutes (ou moins), tout en évitant le trafic ? De plus, il sera plus facile de stationner sa bicyclette à destination qu’une voiture. 

Économique pour l’individu 

Le coût annuel du cocktail transport incluant le vélo (achat et entretien d’un vélo, transport collectif pendant cinq mois, quelques courses en taxi et location d’une voiture pendant les vacances) est d’environ 3600 $ par année. Il ne reste qu’à comparer avec les coûts liés à votre voiture.

Rentable pour la société

« Chaque kilomètre parcouru en voiture coûte 0,20 $ à la société, alors qu’il en rapporte 0,22 $ lorsqu’il est effectué à vélo. » Ce résultat tient compte des coûts et bénéfices associés aux déplacements des personnes, dont la productivité et ponctualité des individus, le coût de construction et d’entretien des routes et aménagements cyclables, l’usure des routes, la pollution sonore et atmosphérique, l’impact sur les coûts de santé, etc. 

Vivre autrement

« Se déplacer à vélo permet de créer des environnements à échelle humaine, de rendre les rues plus tranquilles et conviviales, de faire ses achats dans les commerces de proximité », de rencontrer les gens de son voisinage, de croiser des cyclistes de tous les âges. Bref, « le vélo contribue au sentiment d’appartenance envers sa collectivité ».

Relevez le défi 

Le Défi du Mois du vélo est une compétition amicale et gratuite, mise sur pied (ou plutôt sur roues) pour encourager le plus de gens possible à se déplacer au guidon d’un vélo, afin qu’ils découvrent combien c’est facile et agréable. Pour y participer, il suffit de s’inscrire au lovetoride.net/quebec, de rouler au moins 10 minutes à vélo, d’enregistrer ses déplacements sur la plateforme du Défi et d’inviter les gens de son entourage à faire de même. Il y a 2500 $ en prix à gagner, mais surtout, une activité aux multiples vertus à adopter.