/entertainment/movies
Navigation

Sur les traces d’un pionnier québécois

André Chagnon
Photo d'archives Visionnaire, André Chagnon a fondé Vidéotron en 1964.

Coup d'oeil sur cet article

Bien avant l’arrivée d’internet dans nos foyers, le fondateur de Vidéotron, André Chagnon, avait inventé la technologie Videoway, qui permettait déjà aux téléspectateurs de commander des émissions à la carte et de jouer à des jeux sur leur téléviseur. Le documentaire En tête de ligne retrace le parcours fascinant de ce visionnaire, grand pionnier des télécommunications au Québec. 

De nature discrète, André Chagnon avait toujours décliné jusqu’à maintenant les offres de producteurs qui souhaitaient raconter sa vie à l’écran. Mais quand la proposition est venue de sa petite-fille, la réalisatrice Garance Chagnon-Grégoire, l’homme de 93 ans n’a pas pu refuser. 

« Il m’a dit qu’il acceptait seulement parce que c’était moi, souligne en entrevue Garance Chagnon-Grégoire, qui a coréalisé le film avec Joëlle Arseneau. 

« Il faut dire que ce n’est pas le genre de chose qu’il aime faire normalement. C’est un homme très pudique et humble. Ce n’est pas quelqu’un qui aime se vanter de ses accomplissements. »

Garance Chagnon-Grégoire et Joëlle Arseneau ne s’en cachent pas : l’objectif principal du film est de faire découvrir au public l’ascension de ce fils d’électricien de Montréal-Nord qui est parti de rien pour fonder un empire des télécommunications. Mais les deux réalisatrices en ont aussi profité pour raconter la petite histoire de la câblodistribution au Québec. 

« C’était une période excitante de l’histoire de la télévision au Québec, signale Garance Chagnon-Grégoire. Les innovations qui étaient faites sur le plan technique amenaient des avancées incroyables sur la façon de divertir les gens à la télévision. Pendant les années 1990, ç’a explosé au niveau des télécommunications partout dans le monde, et le Québec était une référence dans ce domaine-là. »

Un laboratoire

Construit à partir d’images d’archives et d’entrevues inédites réalisées avec André Chagnon, sa famille et ses anciens collaborateurs, En tête de ligne couvre une période de 40 ans, de la fondation de Vidéotron, en 1964, à la saga entourant la vente de l’entreprise à Québecor, en 2000. 

Le film s’intéresse particulièrement à l’effervescence des années 1980 et 1990, une période pendant laquelle Vidéotron a bouleversé le petit monde de la télévision en faisant l’acquisition de Télé-Métropole (l’ancêtre de TVA) et en créant de nouvelles technologies révolutionnaires, comme Videoway.

« Le projet Videoway que M. Chagnon et son équipe ont développé pendant les années 1980, c’est vraiment la prémisse d’internet comme on le connaît aujourd’hui, observe Joëlle Arseneau. 

« La télé sur demande et le fait de pouvoir acheter des choses à la télévision et commander au restaurant par le câble, ce sont des choses qu’on fait aujourd’hui sur internet et qui semblent banales. Mais pour penser à cela à l’époque, il a fallu qu’ils expérimentent à coups d’essais et erreurs. À cette époque, Vidéotron était vraiment un laboratoire d’innovations. »


► En tête de ligne est présenté aux Rendez-vous Québec Cinéma mercredi et prend l’affiche vendredi.