/world/usa
Navigation

La Floride lève toutes les restrictions liées à la COVID-19

Ron DeSantis
AFP Ron DeSantis

Coup d'oeil sur cet article

MIAMI | Le gouverneur de Floride a levé lundi, avec effet immédiat, toutes les restrictions liées à la COVID-19, arguant de l’efficacité et de la disponibilité des vaccins pour justifier sa décision. 

• À lire aussi: COVID-19 au Québec: 798 cas supplémentaires, 2 nouveaux décès

• À lire aussi: 30 000 manifestants contre les mesures: «Après 15 mois, ils n’ont rien compris», affirme le Dr François Marquis

Ron DeSantis a promulgué une loi mettant fin à l’état d’urgence au 1er juillet dans cet État du sud-est des États-Unis, qui imposait des restrictions face à la pandémie de coronavirus, et a ensuite signé un décret avançant l’entrée en vigueur de cette mesure à ce lundi 3 mai.

«C’est ce qu’il faut faire au vu des données» dont on dispose, a-t-il avancé lors d’une conférence de presse à St Petersburg, près de Tampa, en référence aux nouvelles infections et morts quoditiennes, en baisse tandis que la vaccination se poursuit.

Près de 9 millions de personnes, soit 41,9 % des 21,5 millions d’habitants de cet État américain, ont reçu au moins une dose d’un vaccin anti-COVID, selon les autorités de santé américaines.

«Les personnes qui ne sont pas encore vaccinées aujourd’hui ne le sont certainement sont pas à cause d’un manque de stocks ou d’un manque de disponibilité» des vaccins, a-t-il encore dit.

La vaccination a été ouverte vendredi en Floride à toutes les personnes de 16 ans et plus, sans avoir à présenter de justificatif de domiciliation dans cet État, contrairement à ce qui était le cas depuis janvier face à une forte demande.

Cela a permis de vacciner des migrants sans papiers et conduit à ce qui a été baptisé le «tourisme vaccinal».

Ron DeSantis a également critiqué les strictes restrictions encore en place dans d’autres États américains. Il a suggéré que ceux qui continuent de forcer leurs résidents à respecter de telles mesures indiquent ainsi qu’ils ne «croient pas aux vaccins».

Les vaccins Pfizer, Moderna et Johnson & Johnson vaccines sont disponibles, dans certains cas même sans rendez-vous, dans de nombreux centres de vaccination, pharmacies et supermarchés aux États-Unis.

Restrictions assouplies et réouverture du métro 24 h/24 à New York mi-mai

Ron DeSantis
AFP

NEW YORK | Nouveau pas vers le retour à la normale à New York: le gouverneur Andrew Cuomo a annoncé une réouverture du métro 24 h/24 le 17 mai et une levée des restrictions chiffrées de capacité imposées aux commerces et lieux culturels le 19 mai.

«À partir du 19 mai, la plupart des restrictions de capacité prendront fin», notamment dans les «magasins, cinémas, restaurants, musées», qui oscillent aujourd’hui entre 33 % et 75 %, a annoncé lundi le gouverneur de l’État lors d’un point presse.

Leur capacité d’accueil restera cependant limitée par l’espace disponible, puisque la consigne fédérale de distanciation sociale de six pieds (environ 2 mètres) continuera elle à s’appliquer. Il n’a pas précisé comment l’État vérifierait si elle était respectée.

«Toutes les flèches pointent dans la bonne direction», a souligné le gouverneur, pointant les progrès de la vaccination, et la baisse des taux de positivité au Covid et des hospitalisations dans l’État, au plus bas depuis novembre dernier.

Les rassemblements en extérieur pourront désormais atteindre 500 personnes, contre 200 précédemment, et 250 personnes en intérieur contre 100 précédemment, selon un communiqué.

Les stades eux auront toujours une capacité limitée à 33 %, sauf pour les spectateurs qui pourront apporter une preuve de vaccination ou de récent test PCR négatif, a souligné le gouverneur.

Quant au métro, les rames vont recommencer à tourner 24 h/24 du métro le 17 mai.

Début mai 2020, alors que New York était à l’épicentre de la pandémie, il avait été forcé, pour la première fois depuis 1904, d’instaurer une pause nocturne - d’abord de 1 h à 5 h du matin, puis réduite de 2 h à 4 h - pour permettre la désinfection des rames.

«La revitalisation économique de la ville dépend de transports en commun forts - et son fonctionnement 24 h/24 en est un élément essentiel», a déclaré Patrick Foye, président de la régie des transports new-yorkais MTA, en soulignant que port du masque et désinfection rigoureuse resteraient en vigueur.

L’annonce de ces mesures, en coordination avec les États voisins du New Jersey et du Connecticut, intervient alors que quelque 80.000 employés municipaux de la métropole américaine devaient reprendre le travail en présentiel ce lundi, selon le maire Bill de Blasio.

Si New York semble désormais bien partie pour rouvrir pleinement d’ici le 1er juillet - objectif fixé par le maire -, la principale incertitude concerne le retour des «cols blancs» dans les quartiers d’affaires de Midtown et de Wall Street.

La plupart continuent à travailler essentiellement de chez eux, et beaucoup d’employeurs n’ont pas fixé de date obligatoire de retour.