/finance/news
Navigation

La fraude de l’enquêteur bancaire très populaire

Scammer stealing a credit card from a senior woman online
Photo Adobe stock

Coup d'oeil sur cet article

Vous recevez l’appel d’un enquêteur de votre banque ou caisse populaire qui vous avertit de transactions frauduleuses en lien avec votre compte ? Raccrochez. C’est une arnaque.

Cette fraude est très populaire. En 2020, 892 cas ont été rapportés dans l’ensemble du pays par le Centre antifraude du Canada, pour 3,2 millions $ de pertes. Au Québec, on en dénombre 192, avec des pertes frôlant le million.

Les diverses fraudes par téléphone se multiplient. En 2020, on dénombre 23 000 cas (pertes de 23 millions $) et 6663 cas de vol d’informations personnelles par téléphone. 

Mais, selon des études, seulement 5 % des gens rapportent qu’ils ont été victimes d’une fraude d’identité. 

Futé

« Le faux enquêteur ou conseiller fait croire à la victime qu’il enquête sur un employé de l’institution financière soupçonné de fraude, qui aurait effectué des transactions douteuses avec le compte de la victime », explique Jeff Horncastle, superviseur des opérations du centre d’appel du Centre antifraude du Canada.

Il lui demande l’accès à son ordinateur, pour obtenir son numéro d’assurance sociale (NAS). Il pourra alors obtenir une carte de crédit au nom de la victime pour faire des achats ou des retraits en argent.

Autre approche : le fraudeur vous avertit que vous avez été victime d’une fraude par carte de crédit ou de débit et qu’il va vous envoyer une nouvelle carte. Il vous demande votre NIP ou votre NAS. Il vous offre même de venir vous porter votre nouvelle carte à votre domicile : vous n’avez qu’à déposer votre ancienne carte (faussement annulée) dans votre boîte aux lettres ! Une personne habillée en postier la récupère et fera des fraudes grâce à votre NIP.

Faux policier

Parfois, le fraudeur se fait passer pour un policier, un représentant du gouvernement ou d’un OSBL, ou même pour un faux technicien de votre institution financière ou d’une entreprise comme Windows. Il demande à accéder à votre ordinateur pour effectuer une mise à jour, mais installe un logiciel espion qui captera votre identifiant et votre NIP. La prochaine fois que vous vous connectez à votre institution financière, ces infos sont récupérées pour frauder en votre nom.

Certains faux techniciens ou enquêteurs vont même jusqu’à vous demander votre identifiant et votre NIP, font une vérification bidon et accèdent eux-mêmes à vos comptes plus tard, pour les vider par transferts de fonds.

Plusieurs victimes sont rassurées lorsqu’elles voient le numéro de leur institution financière à l’afficheur du téléphone : ces numéros sont souvent usurpés ! 

Conseils 

► Un représentant de votre institution financière vous appelle ? Raccrochez et appelez le numéro 800 à l’endos de votre carte de débit ou de crédit. 

► Vous croyez être victime de fraude ? Rassemblez l’information, communiquez avec Equifax (1 800 465 7166 • www.consumer.equifax.ca/fr/personnel/education/identite/comment-puis-je-emettre-un-avis-de-fraude-a-mon-dossier-de-credit-equifax/) et TransUnion (1 800 663-9980 • www.transunion.ca/fr/assistance/fraude-et-vol-didentite), signalez le cas à la police, au Centre antifraude du Canada (1 888 495-8501 • www.antifraudcentre-centreantifraude.ca/scams-fraudes/victim-victime-fra.htm) et à votre institution financière.

► Les pertes générées par une fraude par carte de crédit sont normalement couvertes par l’émetteur, mais vous devez rapporter dès que possible vos soupçons de fraude, de vol ou de perte de carte.

► De la lecture : www.antifraudcentre-centreantifraude.ca/index-fra.htm www.lautorite.qc.ca/grand-public/prevention-de-la-fraude/vol-de-renseignements-personnels