/entertainment/music
Navigation

«On a tous hâte d’être en liberté» - Claude Dubois

Le chanteur espère pouvoir reprendre prochainement sa tournée

Claude Dubois
Photo courtoisie, Nathalie Charest Claude Dubois est allé visiter la Gaspésie et le Bas-Saint-Laurent l’été dernier, durant les premiers mois de la pandémie.

Coup d'oeil sur cet article

Claude Dubois est remonté sur scène un soir, le mois dernier, en zone rouge. Ce spectacle devant un public masqué et distancié a été « bouleversant », selon le chanteur de 74 ans récemment vacciné. Le Journal s’est entretenu avec lui à quelques jours de la diffusion de son spectacle-entretien virtuel L’histoire de mes chansons.

Comment avez-vous vécu la dernière année de pandémie ?

« Je n’ose pas me plaindre, parce que je vis à la campagne [dans les Laurentides] dans une forêt qui est assez grande pour ne pas avoir de touristes. Je n’ai pas de problème en sortant dehors, je suis sur mes terres. J’avais hâte que ce soit plus accessible parce que dans six pieds de neige, ce n’est pas bien facile de bouger ! Mais je vis comme tout le monde, je suis dans ma cabane. C’est long longtemps ! »

Vous avez combattu un cancer il y a quelques années. Comment va la santé aujourd’hui ?

« Rendu là, ça se maintient. C’est toujours quelque chose qui est au-dessus de ta tête, mais en même temps, je n’ai pas à me plaindre. J’en vois des gens autour de moi qui sont bien plus dans la misère. Je ne suis pas très penché sur mon pauvre petit moi. La réalité du monde est beaucoup plus forte que ses petites craintes et sa “paranomanie”. »

Vous êtes remonté sur scène le mois dernier, à Brossard. Comment s’est passée la soirée ?

« C’était quand même bouleversant. Il y avait 250 personnes et malgré leurs masques, elles ont chanté avec moi. Dans Femme de rêve, les gars sifflaient à travers leurs masques, les filles chantaient et je les entendais. J’en ai encore des frissons. Ça m’a beaucoup touché. Je suis entré en contact avec quelque chose qui me manque. J’étais plus nerveux que jamais, mais ç’a donné un moment magique. »

De quelle façon envisagez-vous les prochains mois ?

« On ne peut pas avoir de projet immédiat. On ne connaît même pas la situation avec les variants. [...] Ce qui est drôle, c’est que depuis 2017, je fais en tournée le spectacle Dubois en liberté. Et jamais le titre ne s’est aussi bien prêté qu’aujourd’hui (rires) ! Au début, les gens pouvaient trouver une multitude de sens avec le titre, selon leur imagination. Maintenant, depuis qu’il y a la COVID, je vais continuer d’utiliser le nom Dubois en liberté. Mettons qu’on a tous bien hâte d’être en liberté ! »

Vous avez participé au spectacle-entretien L’histoire de mes chansons. Qu’en avez-vous pensé ?

« C’était la première fois que j’entendais mes chansons chantées par ces artistes. J’ai tellement aimé ça. Ils se sont jetés dans une performance. Ils sont venus me chercher. Je trouve qu’ils pourraient faire un disque avec ça ! On a fait ça dans un lieu qui est sacré pour moi, chez Duceppe [à la Place des Arts]. Jean Duceppe a été quelqu’un que j’aimais beaucoup. Il y a toujours eu entre nous une affection magnifique. De retourner sur la scène du Théâtre Duceppe, c’est venu me chercher. »

Quelle a été la réaction du public à la sortie de votre coffret compilation Dubois Solide en février dernier ?

« C’est très enrichissant. Je suis ravi. J’ai choisi 51 coups de cœur de la mémoire collective. Je crois que les gens se reconnaissent là-dedans, à un moment donné. C’est mon agente, Nathalie Charest, qui a trouvé le titre Dubois Solide. [...] Dans la vie, je n’ai jamais été un artiste qui s’écoutait. Mais j’étais en état de découverte quand j’ai fait ce travail-là. J’ai fait un beau voyage. Il y a des chansons que je n’avais pas entendues depuis des années, qui ont marqué le temps. Mais je ne les écoutais plus, j’étais rendu ailleurs. »

Comment avez-vous réagi en apprenant le décès de Michel Louvain, il y a quelques jours ?

« Ça m’a touché. Dès que j’ai su qu’il était [hospitalisé] pour un cancer de l’œsophage, je me suis dit : oh, mon Dieu, il s’en va ! J’ai eu le réflexe immédiat. Michel, la dernière fois qu’on s’est vus, c’était pour un spectacle qui allait avoir lieu à Québec, Le retour de nos idoles. On était une multitude d’artistes. Ça avait vraiment été un moment merveilleux. Michel, c’était quelqu’un de souriant. »


Le spectacle-entretien virtuel L’histoire de mes chansons, consacré à Claude Dubois, sera diffusé dès le jeudi 6 mai à 20 h, et en rattrapage jusqu’au 8 mai, sur placedesarts.com. Les invités seront Bruno Pelletier, Guy Nadon, Luce Dufault, Les 2Frères, Guylaine Tanguay, Marie-Josée Lord et Matiu. Pour les infos sur l’artiste : claudedubois.ca.

À VOIR AUSSI...