/news/politics
Navigation

O’Toole demande le renvoi d’une proche de Trudeau

O’Toole demande le renvoi d’une proche de Trudeau
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le chef conservateur Erin O’Toole demande le renvoi de la cheffe de cabinet du gouvernement Trudeau, Katie Telford, qu’il accuse d’avoir fait du «camouflage» dans le dossier d’allégations d’inconduites sexuelles visant l’ex-chef des Forces armées canadiennes Jonathan Vance.

• À lire aussi: Sajjan doit partir

• À lire aussi: Inconduites dans l’armée: Louise Arbour à la tête d’un examen externe

M. O’Toole reproche surtout à Mme Telford de ne pas avoir rapporté l’allégation en question au premier ministre Trudeau lorsque celle-ci est parvenue aux oreilles du cabinet, en 2018.

C’est un ancien conseiller principal du bureau de M. Trudeau, Elder Marques, qui a révélé lors d’un témoignage vers la fin du mois d’avril que Mme Telford avait été mise au courant de l’allégation visant M. Vance.

  • Écoutez l'analyse de Caroline St-Hilaire et d'Antoine Robitaille avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio: 

Si Justin Trudeau a indiqué que son cabinet était au courant d’une allégation d’inconduite visant l’ancien chef d’état-major, il insiste pour dire que personne ne savait qu’il s’agissait d’une plainte #MeToo (#MoiAussi).

Cette interprétation des faits semble être contredite par une série d’échanges de courriels et de lettres entre l’ex-ombudsman de l’armée, Gary Walbourne, et des fonctionnaires travaillant en étroite collaboration avec les plus hauts dirigeants du pays, incluant le ministre de la Défense Harjit Sajjan.

«Si le premier ministre ne renvoie pas Mme Telford, cela va révéler qu’il a menti, qu’il a été complice de ce camouflage», a affirmé M. O’Toole.

Alors que les conservateurs s’apprêtaient à faire voter une motion, lundi, pour assigner à témoigner Mme Telford au comité de la Défense, la présidente du comité, la libérale Karen McCrimmon, a décidé d’annuler la réunion à la dernière minute.

Le vote devait se tenir vendredi dernier, mais les libéraux avaient usé de leur temps de parole pour faire suspendre la session. Il s’agit donc d’un deuxième report pour le vote sur la motion.

La motion reste toutefois en vie, selon les conservateurs, qui comptent revenir à la charge plus tard en semaine. Elle devrait recevoir l’appui du Bloc québécois et du NPD.

Un nouvel examen déjà critiqué

Jeudi, le ministre Sajjan avait annoncé la mise sur pied d’un nouvel examen sur la gestion des inconduites au sein des Forces armées canadiennes. L’opération sera dirigée par l’ancienne juge à la Cour suprême Louise Arbour.

L’initiative a été largement critiquée, notamment car un examen similaire, quoiqu’avec une moins grande portée, avait été réalisé en 2015 par un autre ex-juge de la Cour suprême, Marie Deschamps.

L’«examen externe sur l’inconduite sexuelle et le harcèlement sexuel dans les Forces armées canadiennes» comportait plusieurs recommandations, incluant la mise sur pied d’un système externe de signalements pour les membres de l’armée victimes d’inconduites à caractère sexuel.