/investigations
Navigation

Patinage Québec préoccupé par les révélations du documentaire Pression

Coup d'oeil sur cet article

L’organisme qui gère le patinage artistique au Québec se dit «préoccupé» par les révélations de troubles alimentaires et de blessures dont ont souffert des athlètes qui se sont confiés au Bureau d’enquête, dans le cadre du grand reportage Pression. 

• À lire aussi: Troubles alimentaires, blessures mal soignées et abus chez des patineurs

• À lire aussi: Une olympienne se confie sur son anxiété et ses blessures

• À lire aussi: Obsédé par son poids durant sa carrière olympique

«Nous avons pris connaissance du documentaire Pression, qui révèle le côté sombre de l’atteinte de l’excellence sportive en abordant des problématiques comme les blessures, les troubles alimentaires ainsi que les rapports parfois tendus entre athlètes et entraîneurs», écrit Patinage Québec dans une communication transmise à ses membres lundi et dont le Bureau d’enquête a obtenu copie. 

Le grand reportage Pression, diffusé sur le Club illico depuis jeudi dernier, rassemble les témoignages de six olympiens à la retraite et d’une patineuse de l’équipe canadienne. Ils y racontent comment les standards imposés par le sport les ont parfois poussés à mettre leur santé en danger.   

Troubles alimentaires, commotions cérébrales qui n'ont pas été prises au sérieux, obsession pour la performance et l’apparence. Les athlètes reviennent sur des événements qui se sont produits entre 2006 et 2018. Certains racontent qu'ils vivent encore avec des séquelles remontant à ces années olympiques. 

«Patinage Québec est préoccupé par les témoignages entendus dans ce documentaire et souhaite se porter à l’écoute de l’ensemble de ses membres, afin d’assurer un environnement sain de pratique sportive», peut-on lire dans la lettre. 

L’organisme souligne avoir revu ses programmes de soutien dans les dernières années, et il affirme s’être doté de politiques favorisant le développement de ses membres et assurant un encadrement «sain, professionnel et respectueux».  

«Nous vous invitons à dénoncer toute situation qui compromet la pratique du patinage en toute sécurité, que ce soit au niveau physique ou psychologique, et ce, peu importe le niveau», est-il écrit.  

Des patineurs artistiques d’élite comme Shawn Sawyer et Jessica Dubé ont confié à notre Bureau d’enquête avoir souffert d'anorexie et de boulimie durant de nombreuses années. Plusieurs athlètes interviewés dans le documentaire ont souligné que les troubles alimentaires «étaient communs», mais qu’il y avait une «culture du silence». 

Patinage Canada et Patinage Québec ont refusé nos nombreuses demandes d’entrevue à la caméra lors de la production du documentaire. Ils avaient plutôt transmis leur réponse par courriel.