/news/politics
Navigation

Coderre veut sauver la bibliothèque Saint-Sulpice

Coup d'oeil sur cet article

La déchéance de la bibliothèque Saint-Sulpice, un important immeuble patrimonial de Montréal laissé à l’abandon, ne laisse pas Denis Coderre de marbre, lui qui promet de tout faire pour la protéger s'il est élu en novembre prochain.

• À lire aussi: Un ancien de Projet Montréal rejoint Coderre

• À lire aussi: Campement Hochelaga: «on ne veut pas entretenir l’itinérance», affirme Coderre

«Ce qu’on propose, c’est de redevenir un partenaire financier et de trouver une façon de récupérer ce bâtiment. Ça fait 16 ans qu’il est en décrépitude», a souligné M. Coderre, qui n’a pas écarté l’idée que la Ville se porte acquéreuse de l’immeuble.

Pour lui, l’endroit pourrait devenir un «phare» pour la revitalisation de la rue Saint-Denis, qui est grandement en manque d’amour et qui a besoin de retrouver son «âme».

Il s’est également dit séduit par l’idée de la transformer en une Maison de la chanson et de la musique, un projet récemment lancé par Monique Giroux et Luc Plamondon, qui donnerait une nouvelle vocation à l’endroit.

Joël Lemay / Agence QMI

«Ce qu’on envoie comme message, c’est que le patrimoine et la culture sont aussi des vecteurs économiques», a ajouté M. Coderre.

Construite entre 1912 et 1914, la bibliothèque est classée au rang d’immeuble patrimonial par le Répertoire du patrimoine culturel du Québec, en raison de sa valeur historique et artistique. En 2016, le gouvernement avait annoncé qu’elle deviendrait un laboratoire d’innovation pour les jeunes. Le projet a cependant été abandonné l’année dernière.

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

«Pour trouver un immeuble de cette qualité ailleurs, il faut aller dans les grandes villes européennes. Il est important parce qu’il y a plusieurs pages d’histoires qui ont été écrites ici», a souligné Serge Sasseville, qui s’est récemment présenté en tant que candidat pour l’équipe d’Ensemble Montréal.

Lui-même garde de bons souvenirs de l’endroit et il en fait un «cas personnel».

«Dans ma vie dans le showbiz, j’ai vécu une de mes plus belles soirées de ma vie dans cet immeuble: la réception après la première de Notre-Dame de Paris en 1998. C’était magique», s'est-il remémoré.

Il a insisté sur l’importance de protéger la bibliothèque, qui est fermée depuis près d’une vingtaine d’années. «Le toit coule, les vitraux sont en train de se désagréger, la moisissure se répand dans l’immeuble, a-t-il énuméré. Il faut agir vite pour le sauver.»

À VOIR AUSSI