/entertainment/music
Navigation

«Il y a de la résilience qui s’installe» - Brigitte Boisjoli

La chanteuse a commencé sa tournée Women qu’elle devait lancer en 2020

Brigitte Boisjoli
Photo courtoisie, Laurence Labatt Brigitte Boisjoli vient de commencer sa tournée pour l’album Women, paru en mars 2019.

Coup d'oeil sur cet article

En mars 2020, Brigitte Boisjoli était à mettre les dernières touches de sa tournée pour l’album Women, qu’elle devait présenter à la grandeur du Québec. Après avoir passé des mois à reporter ses spectacles, elle a enfin pu monter sur les planches, il y a quelques semaines. « C’est un feel-good show qui fait du bien au cœur. Je pense que le monde en a besoin ces temps-ci », dit la chanteuse de 38 ans.

• À lire aussi - Spectacle de la fête nationale: une tradition compromise?

Combien de spectacles as-tu faits dans les dernières semaines ?

« J’en ai fait quatre, dont un vendredi dernier à Lavaltrie. Ce show-là avait été remis quatre fois ! J’ai joué devant 80 personnes. On est tellement contents de faire des shows, tout simplement. Je trouve que ça fait pitié de voir les gens qui sont masqués du début à la fin pour ce spectacle-là, parce que ce n’est pas confortable. Mais je les fais chanter pareil. Je pense que c’est le bonheur de refaire ce métier-là. On s’adapte tellement. »

Comment trouves-tu le fait de jouer devant un public masqué ?

« Ça me prend une toune et j’oublie, parce que je suis tellement contente d’être là. Des fois d’ailleurs, il faut que je me rappelle [qu’on est en pandémie]. Quand je suis en duo avec mon guitariste, je me colle habituellement sur lui quand il joue. Ça me prend deux secondes pour me dire : “Ah oui, je dois reculer !” (rires) [...] Je trouve ça aussi dommage qu’on ne puisse pas voir les gens à la fin [du spectacle]. Il y a plein d’affaires qui font qu’on se rappelle que cette pandémie existe. Mais chaque fois que je retourne dans mon char, je me dis : “J’ai fait un show quand même, je suis chanceuse”. »

Quel spectacle présentes-tu ces temps-ci ?

« C’est la tournée pour Women, où je rends hommage à des grandes pionnières du country des années 1950-1960-1970. Je ne voulais pas faire un Patsy Cline tome 2, mais je voulais rester dans le country. Je me fais plaisir là-dedans. C’est un feel-good show qui fait du bien au cœur. Je pense que le monde en a besoin ces temps-ci. »

Comment as-tu vécu les nombreux reports de spectacles l’an dernier ?

« Je pense qu’on est bien fait, dans la vie. Il y a de la résilience qui s’installe de se dire que l’important, c’est de se protéger. J’étais très là-dedans. Je comprenais. J’ai aussi été chanceuse parce que j’ai eu l’émission Attache ta tuque [sur Évasion]. J’ai travaillé là-dessus pendant des mois. Après, j’ai eu la radio avec Julie Bélanger, le midi [à Rythme FM]. »

« J’ai fait en sorte que ma fille de quatre ans ne s’aperçoive pas trop que tout ça [la pandémie] existe. On continue de faire un paquet d’activités. On a eu des fins de semaine de filles à l’hôtel où la piscine était ouverte. Je continue de faire comme si cette vie-là était un peu pareille [d’avant]. Ça me fait penser au film La vie est belle où le père fait tout en sorte pour que son enfant ne voie pas la guerre. »

As-tu eu des moments de découragement dans la dernière année ?

« Oui, c’est sûr. J’avais une grosse maison avec de gros paiements. J’avais un roulement de vie où j’enchaînais les tournées, je me gâtais et je gâtais ma fille. Quand j’ai vu cette pandémie-là et les gros paiements, je me suis dit que ça ne marcherait pas. J’ai décidé de vendre ma maison en pandémie. Ç’a été beaucoup d’adaptation. »


Brigitte Boisjoli présentera son spectacle Women à l’Astral de Montréal (27 mai). Elle sera aussi à la Salle Odyssée de Gatineau (6 juin) et au Théâtre du Vieux-Terrebonne (11 juin). Elle participe aussi les midis à l’émission de radio Lunch 80-90, avec Julie Bélanger, sur les ondes de Rythme FM. brigitteboisjoli.com

LES SUGGESTIONS DE BRIGITTE  

Le chanteur country Marcus King : « Je suis tombée sur cet album-là (El Dorado). Chris Stapleton a dit que c’était la découverte du country. J’écoute cet album-là sans arrêt. J’adore ce country-là, ces voix éraillées-là. Le gars a une voix de 50 ans, mais il en a 25 ! » 

Le livre Maman solo : redéfinir sa famille, de Nina Farr : « On a reçu ce livre-là à la radio et j’ai décidé de le lire pour en parler à l’émission. Ça parle de redéfinir sa famille quand t’es mère monoparentale. J’aime ça, ce genre de livre là qui te fait réfléchir. Ça me fait travailler sur moi-même. »

À VOIR AUSSI...