/sports/opinion/columnists
Navigation

Pas de but, pas assez de points

Coup d'oeil sur cet article

Sans le vouloir, la MLS avait mis le CF Montréal dans une position avantageuse samedi dernier. En programmant le match en après-midi, sous le soleil de Miami, la ligue a compliqué la tâche du Crew de Columbus qui avait joué le mercredi précédent en Ligue des champions.

Malheureusement, les hommes de Wilfried Nancy n’ont pu en profiter pleinement. Aux poings, le CF Montréal a certainement été la meilleure des deux équipes, mais il n’a pas été en mesure d’asséner le coup de grâce qui lui aurait valu trois points au classement. 

Avec la température avoisinant les 34 degrés Celsius, on avait l’impression qu’un seul but aurait suffi aux Montréalais pour terrasser les champions en titre de la Coupe MLS. Mais même s’ils ont été bons dans leur territoire et en milieu de terrain, c’est dans le tiers offensif qu’ils ont perdu tous leurs moyens. Jamais dans ce match, les joueurs du CFM n’ont été en mesure de vraiment déranger le gardien adverse.

Dommage, parce que, dans les circonstances, ça aurait pu être trois points précieux à ajouter à sa besace.

Fournaise floridienne

Par expérience, je sais à quel point c’est difficile de jouer sous cette chaleur accablante. Je l’ai vécu en Grèce ou encore au Mexique. Une chaleur torride, une humidité étouffante et un soleil assommant rendent tous les gestes, même les plus petits, pénibles.

Malgré tout, le CF Montréal a réussi à offrir une bonne performance et à dominer d’une certaine manière son adversaire. À elle seule, la statistique des tirs au but pourrait valider mon propos : les Montréalais ont frappé 20 fois vers le but adverse et n’ont fait face qu’à trois tirs de la part du Crew.

Mais le manque de finition du onze montréalais s’est révélé quelque peu consternant. Des 20 tirs, seulement trois ont été cadrés. En partie parce qu’ils étaient fatigués et aussi à cause de la stratégie des joueurs du Crew, qui ont laissé tout au long du match beaucoup d’espaces libres et des corridors sans surveillance aux hommes de Nancy dans lesquels ils se sont engouffrés. 

L’histoire de la rencontre se résume à ça : le CF Montréal a manqué d’opportunisme, c’est tout. N’allez plus lire d’autres résumés ou analyses, les joueurs n’ont juste pas scoré. Tout le contraire de leurs deux matchs précédents. 

Des regrets ?

Après trois parties cette saison, il serait légitime pour les entraîneurs d’entretenir quelques regrets.

Certes, les cinq points accrochés au classement et la quatrième position dans l’Est de la MLS peuvent s’avérer satisfaisants. Mais après avoir affronté un Toronto FC pour le moins affaibli, avoir mené 2 à 0 à Nashville et s’être frotté à une équipe de Columbus distraite par la Ligue des champions, Nancy et son équipe auraient très bien pu avoir plus de victoires au compteur.

D’un point de vue positif, il faut souligner le retour au jeu de Lassi Lappalainen. La présence du Finlandais offre une option offensive supplémentaire et, s’il retrouve la forme des années précédentes, Montréal sera d’autant plus dangereux.

Les partisans aussi peuvent se réjouir de la première entrée en jeu de Ahmed Hamdi. Sa performance confirme ce qu’on anticipait cette année : l’équipe a plus de profondeur et Nancy a plusieurs cartes dans son jeu pour parer à toute éventualité.