/entertainment/tv
Navigation

Pas de crise du logement à CASA cette année

Nathalie Fabien
Photo courtoisie Nathalie Fabien, directrice principale chaînes et programmation de Groupe TVA

Coup d'oeil sur cet article

S’il y a crise du logement présentement, elle ne dévalue absolument pas la programmation de la chaîne CASA, qui amorcera l’automne 2021 avec 20 nouveautés, dont quatre productions québécoises originales. Et c’est sans compter les idées en développement pour le début 2022.

Aux dires de Nathalie Fabien, directrice principale chaînes et programmation de Groupe TVA, il faut remonter à 2013 pour se remémorer un foisonnement semblable à l’antenne dédiée à la rénovation, la décoration et l’immobilier. Et encore, l’automne n’avait pas été aussi garni il y a huit ans.

Preuve que la plateforme repose sur de solides fondations, seulement cet hiver, CASA recensait une hausse de 20 % de son auditoire chez les adultes 18-34 ans.

«On le voit, l’immobilier est en feu en ce moment, note Nathalie Fabien. Et ce créneau fonctionne toujours très bien sur CASA. Il y a une belle croissance de chaîne, nos parts de marché augmentent, alors que d’autres chaînes sont en baisse. CASA tire très bien son épingle du jeu.»

Numéros 1

Visite guidée de ces nouvelles adresses pour passionnés de «cocooning». D’abord, dans le docu-réalité Numéros 1, on suivra le quotidien de six agents immobiliers parmi les meilleurs courtiers de la province, tous «numéros 1» dans leur région respective, l’Outaouais, Montréal, Sherbrooke, Québec, Verdun et Hochelaga et Repentigny.

En 13 épisodes de 30 minutes, on découvrira les nombreuses exigences inhérentes au métier, de la disponibilité sept jours sur sept à la nécessité d’un solide réseau de contacts.

«En ce moment, il faut presque être des superhéros pour être des agents immobiliers», signale Nathalie Fabien.

Semblant directement inspiré de la réalité des travailleurs de la dernière année, le concept de Ma maison : mon bureau se base sur la transformation de coins «télétravail» à domicile. Designers et spécialistes dirigeront les opérations, et tout le matériel requis au rafraîchissement de la pièce sera livré à la porte du participant. La série magazine étalée sur huit semaines sera narrée, avec une touche d’espièglerie, par la voix de Marie-Soleil Dion.

«Moi la première, je suis dans l’ancienne chambre de ma fille, que j’ai convertie en bureau, image Nathalie Fabien. Maintenant, avec les réunions sur Teams et Zoom, on a tous converti des pièces en bureaux, du mieux qu’on pouvait...»

Maisons... hantées?

C’est aussi à la rentrée qu’on découvrira La force d’un village, où le duo formé par Saskia Thuot et Hugo Girard partira dans différentes municipalités du Québec pour récompenser des gens impliqués dans leur communauté, en accomplissant un projet de rénovation qui leur tient à cœur ou en retapant une section de leur résidence.

La force d’un village aurait normalement dû prendre l’affiche de CASA à l’automne 2020, mais la pandémie en a retardé le tournage.

Et l’automne sera également la saison de Résidences maudites, présentation de maisons où se sont produit drames et catastrophes ou, qui sait, hantées. Les courtiers et enquêteurs Mélanie Bergeron et Yanic Parent seront nos guides dans ces univers de prime abord effrayants.

«On se demande tout le temps qui achète ces maisons-là, comment les agents d’immeubles arrivent à les vendre», cite en exemple Nathalie Fabien en guise de prémisse à Résidences maudites.

CASA garde aussi quelques atouts de négociations dans sa manche pour l’hiver 2022, dont Papa marteau, avec Réal Béland et sa famille, et L’appel de la nature, où un couple quittera la banlieue pour bâtir son nid de rêve à la campagne.

Bien sûr, les enregistrements de toutes ces émissions se dérouleront dans le plus grand respect des mesures sanitaires.

«Les compagnies de production commencent à être habituées. Ça va très bien», énonce Nathalie Fabien.

On peut s’inscrire dès maintenant pour participer à Ma maison : mon bureau, au : concours.quebecor.com/ma-maison-mon-bureau/.