/world/europe
Navigation

Un accord de libre-échange Royaume-Uni/Inde négocié dès l'automne, selon Londres

Un accord de libre-échange Royaume-Uni/Inde négocié dès l'automne, selon Londres
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Londres | Le Royaume-Uni et l'Inde commenceront à négocier un accord de libre-échange cet automne, a indiqué mardi la ministre britannique du Commerce international Liz Truss, au lendemain de l'annonce d'un nouveau partenariat commercial et d'investissement entre les deux pays, notamment en matière de vaccins. 

Selon Downing Street, le premier ministre britannique Boris Johnson et son homologue indien Narendra Modi vont, lors d'une réunion virtuelle mardi, approfondir la coopération entre les deux pays, alors que Londres est en quête de nouveaux accords commerciaux après sa sortie effective de l'Union européenne le 1er janvier.

«Nous démarrerons les négociations sur un accord de libre-échange complet cet automne», a déclaré Liz Truss sur la chaîne Sky News, disant vouloir aboutir «dès que possible». 

D'ici là, elle a vanté le partenariat d'un montant d'un milliard de livres (1,15 milliard d'euros) conclu entre les deux pays et qui bénéficiera, selon elle, à chacun d'eux.  

D'après le gouvernement britannique, cet accord doit permettre la création de plus de 6500 emplois au Royaume-Uni et comprend un nouvel investissement indien de 533 millions de livres. 

Sur cette somme, 240 millions seront investis par le Serum Institute of India, l'un des fabricants du vaccin AstraZeneca, pour soutenir essais cliniques, recherche et développement et possiblement aussi la production de vaccins.

Le commerce entre l'Inde et l'ancienne puissance coloniale britannique représente 23 milliards de livres sterling par an, et Liz Truss a dit avoir l'espoir de pouvoir doubler ce montant d'ici à 2030. 

Boris Johnson devait se rendre en Inde en avril pour renforcer le partenariat commercial, mais a dû annuler son déplacement en raison de la nouvelle vague de la pandémie de coronavirus qui submerge actuellement le pays. 

Avec près de 1,4 milliard d'habitants, l'Inde représente l'un des marchés prioritaires du Royaume-Uni post-Brexit, tourné vers la région Asie-Pacifique, à forte croissance.

La perspective d'un futur accord de libre-échange semble néanmoins loin d'être certaine, le premier ministre indien se trouvant plutôt dans une dynamique du «Made in India» et d'une Inde autosuffisante.

L'année dernière, il a brusquement refusé d'adhérer au partenariat économique global régional (RCEP), un accord de libre-échange entre 15 pays de la région Asie-Pacifique, New Delhi craignant que les secteurs de l'agriculture, des produits laitiers et des services ne soient désavantagés.

Les discussions entre l'UE et l'Inde sur un accord de libre-échange doivent reprendre en mai, huit ans après une série de 16 sessions de pourparlers qui n'ont pas abouti.