/news/politics
Navigation

Départ de Régis Labeaume: Il ne sera pas oublié de sitôt

Le départ du maire Régis Labeaume suscite de nombreuses réactions au Québec

Coup d'oeil sur cet article

Que ce soit pour son style combatif, son ambition pour sa ville, ou encore son « humanité » après deux tragédies inqualifiables, Régis Labeaume ne sera pas oublié de sitôt quand il quittera la mairie en novembre.

• À lire aussi: Mairie de Québec: Régis Labeaume quitte la vie politique

« L’époque de Régis Labeaume va être marquante », pense l’ancien premier ministre du Québec Philippe Couillard, qui a donné au maire, en 2018, les moyens de ses ambitions pour le mégaprojet de tramway. 

  • Écoutez l'entrevue de Denis Coderre avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

« Autant celle de M. L’Allier l’a été sur l’esthétique, la culture, l’architecture de la ville... Pour Régis Labeaume, ç’a été l’heure de la propulsion de Québec, de la capitale vers la modernité du 21e siècle », poursuit-il, en entrevue avec Le Journal.

Mercredi, de nombreux élus et ex-politiciens, des promoteurs et des personnalités du monde des affaires ont réagi à l’annonce du maire Labeaume. Même ses adversaires à l’hôtel de ville ont reconnu sa contribution depuis plus d’une décennie.

« Il a donné beaucoup. Il a modernisé la ville, il a mis Québec sur la map », a affirmé le chef de Démocratie Québec, Jean Rousseau.

Beaucoup ont souligné des réalisations comme les fêtes du 400e ou encore l’amphithéâtre de Québec.  

  • Écoutez la chronique de Caroline St-Hilaire à l’émission de Pierre Nantel sur QUB radio:  

« Humanité »

Mais, au-delà des grands projets, c’est « l’humanité » du maire qui a marqué Boufeldja Benabdallah, cofondateur du Centre culturel islamique de Québec, à la suite de l’attaque horrible de 2017 contre la grande mosquée de Québec.

« Il nous a poussés à tisser des liens et ça, c’est extraordinaire. Il n’a pas aidé les musulmans uniquement pour aider les musulmans, il a aidé les musulmans pour faire d’eux des citoyens de la ville de Québec », affirme M. Benabdallah, qui salue les avancées réalisées en matière de vivre ensemble.

Selon lui, M. Labeaume a aussi adopté le bon ton après le meurtre de deux résidents dans le Vieux-Québec le 31 octobre dernier. « Les gens pensent qu’il bouscule, mais il bouscule toujours dans le bon sens », croit-il. 

Sensibilité sociale

Jean-Yves Duclos, député de Québec, a aussi découvert chez Régis Labeaume une « sensibilité par rapport aux enjeux sociaux ». À ce titre, le déménagement de Lauberivière dans des locaux neufs « était un projet qui l’interpellait beaucoup », souligne-t-il.

« Il a fait beaucoup de choses visibles, mais aussi beaucoup de choses moins visibles », atteste son ancien attaché de presse pendant plusieurs années, Paul-Christian Nolin. Par exemple, « concernant l’organisation de la Ville, les finances », dit-il. 

Le bon moment

Quant à la décision de renoncer à un cinquième mandat, c’est la bonne, selon l’ex-conseillère municipale Julie Lemieux, bras droit du maire pendant quatre années au comité exécutif. 

« Les finances de la Ville sont en ordre, le tramway est sur les rails. Je trouve que les gros dossiers de la Ville sont derrière lui et qu’il a réussi à livrer la marchandise. »

De son côté, l’homme d’affaires Jacques Tanguay a tenu à souhaiter au maire « une bonne retraite ou une bonne deuxième carrière ». Selon lui, il « a démontré beaucoup de leadership à travers les années ». 

— Avec la collaboration de Marc-André Gagnon

Des hommages de partout     

Photo d'archives

« Il laisse un legs impressionnant à notre capitale nationale. Ça fait bizarre d’imaginer Québec sans le maire Labeaume. » 

– François Legault, premier ministre du Québec

Photo d'archives

« Régis est, et restera un ami cher à la métropole. » 

– Valérie Plante, mairesse de Montréal

 

Photo d'archives

« C’est une époque qui arrive à sa fin. »

– Jean Charest, ex-premier ministre du Québec 

« Le 400e a été sa bougie d’allumage. Il a utilisé cet outil pendant plusieurs années pour attirer des entreprises et faire de Québec une ville rayonnante. » 

– Daniel Gélinas, ancien directeur des Fêtes du 400e et du Festival d’été 

« Quelqu’un qui a donné avec autant d’abnégation pour sa ville, ça mérite d’être salué. » 

– Bruno Marchand, candidat à la mairie (Québec forte et fière) 

« Il a été pour moi un modèle d’authenticité en politique. » 

– Catherine Dorion, députée de Taschereau (QS) 

Photo d'archives

« Merci, monsieur le maire, pour un travail exceptionnel [et] pour une ville exceptionnelle. » 

– Pierre Karl Péladeau, président et chef de la direction de Québecor 

« Je l’aime beaucoup. [...] Il aura été un grand maire de Québec. » 

– Pascal Bérubé, porte-parole du PQ pour la Capitale-Nationale 

« Son style combatif ne saurait être contesté ni méconnu. Il restera dans les mémoires longtemps. » 

– Gérard Deltell, député fédéral de Louis-Saint-Laurent 

Photo d'archives

« L’époque de Régis Labeaume va être marquante. »

– Philippe Couillard, ex-premier ministre du Québec 

« C’est quelqu’un qui a toujours eu la fougue pour Québec, pour la ville, pour les citoyens. » 

– Jean-François Gosselin, candidat à la mairie (Québec 21) 

« Nous avons pu voir la sensibilité et le dévouement du maire de Québec lorsque la pandémie nous a frappés de plein fouet. » 

– Steeve Lavoie, président de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec 

Photo d'archives

« Merci, Régis, pour tout ce que tu as fait. T’as rendu la région fière. » 

– Sam Hamad, ex-ministre responsable de la Capitale-Nationale (PLQ) 

Photo d'archives

« Je n’aurais jamais dit ça au début de son premier mandat, mais on va s’ennuyer de lui ! [...] Un tramway attaché, c’est un legs immense. » 

– Agnès Maltais, ex-ministre responsable de la Capitale-Nationale (PQ)