/opinion/columnists
Navigation

LNH : le bilan des gardiens des équipes éliminées

Canadiens contre Sénateurs
Pierre-Paul Poulin / Le Journal Matt Murray des Sénateurs d'Ottawa.

Coup d'oeil sur cet article

On connaît maintenant l’identité de presque toutes les équipes qui vont rater les séries éliminatoires et voici le bilan de leurs gardiens. 

• À lire aussi: Caufield fait rêver Legault

• À lire aussi: Tout tombe en place chez le Canadien

Dans la division Nord, Matt Murray (43e au classement) a déçu à sa première saison chez les Sénateurs d’Ottawa. Les blessures n’ont pas aidé, mais il y a de l’espoir dans son cas. Une infirmerie pour gardiens de but est ouverte 24/7 dans la capitale fédérale. 

Jacob Markstrom (19e) n’a pas fait la différence à Calgary, mais il devrait rebondir. Les Canucks lui ont préféré Thatcher Demko (15e) à 1 million $ de moins par campagne. Ça semble être une bonne affaire, mais on s’attendait à mieux de Demko. À 31 ans seulement, Braden Holtby (41e) se transforme en gardien auxiliaire. 

Dans la division Centrale, Kevin Lankinen (11e) a étonné en maintenant les Blackhawks de Chicago dans la course. Une belle découverte malgré une fin de saison plus difficile. Malcolm Subban (56e) a eu de bons moments, sans plus.  

Déception chez les Jackets

Jonathan Bernier (21e) et Thomas Greiss (20e) se sont bien défendus chez les faibles Red Wings de Detroit. Déception à Columbus dans le cas de Joonas Korpisalo (39e) qui avait brillé lors des séries estivales. Son partenaire, Elvis Merzlikins (17e) a mieux fait. 

Finalistes à la Coupe Stanley 2020, les Stars de Dallas sont au bord de l’élimination, mais ils ont un bon jeune gardien en Jake Oettinger (22e) qui a bien épaulé Anton Khudobin (31e). Il reste une année au contrat à l’homme de cristal, Ben Bishop. Reviendra-t-il ? 

Dans l’Est, le bel espoir des Flyers de Philadelphie Carter Hart (48e) a frappé le mur et se retrouve en position de faiblesse pour négocier son nouveau contrat. Son vétéran partenaire, Brian Elliott (47e), fut plus constant, mais les deux en ont vu de toutes les couleurs. 

Sans leur gardien numéro un, Linus Ullmark (25e), les Sabres de Buffalo ont perdu 16 matchs d’affilée. Ça dit tout. Ullmark est joueur autonome sans compensation et devrait susciter de l’intérêt. 

Chez les Devils du New Jersey, Mackenzie Blackwood (28e) demeure un bon jeune portier, mais il a sous-performé. Les Rangers de New York progressent et leur cerbère russe, Igor Shesterkin (9e), a démontré de très belles choses. Surveillez l’offre qu’il recevra puisqu’il est joueur autonome avec restriction. 

Seconds violons

Dans l’Ouest, la percée de Calvin Petersen (14e) chez les Kings de Los Angeles a relégué Jonathan Quick (45e) au titre de second après 13 saisons dans le premier rôle. Il s’agit d’une troisième saison d’affilée couci-couça dans le cas de « Johnny Quick », qui a 35 ans. 

John Gibson (26e) a connu une mauvaise séquence chez les pauvres Ducks d’Anaheim en février et mars. Il a perdu des plumes, mais il demeure fiable. C’est le chant du cygne pour son partenaire de 40 ans, Ryan Miller (61e).  

Si les Coyotes de l’Arizona sont pratiquement éliminés, c’est en partie en raison des blessures à Darcy Kuemper (34e). Même son second, Antti Raanta (54e), n’a pas été épargné. 

Pour une troisième année d’affilée, Martin Jones (35e) est en voie de terminer la campagne avec un taux d’efficacité sous la barre des ,900 et il a un contrat jusqu’en 2024 avec les Sharks de San Jose. C’est inquiétant et il n’y a pas d’espoir de premier plan dans l’organisation. 

La garde du filet n’a jamais été la priorité du directeur général, Doug Wilson, depuis son arrivée en 2003. Est-ce l’effet Evgeni Nabokov, la perle repêchée au neuvième tour en 1994 par les Sharks ? On ne refait pas ce coup-là tous les ans. Le pire, c’est que les recruteurs des Sharks ne l’avaient jamais vu jouer.