/entertainment/tv
Navigation

Revoir «La Petite Patrie» en l’honneur de Claude Jasmin

Revoir «La Petite Patrie» en l’honneur de Claude Jasmin
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

La famille Germain du quartier Villeray, vous vous en souvenez? Le père restaurateur, Edmond (Jacques Galipeau), son épouse Gertrude (Gisèle Schmidt) et leurs quatre enfants revivront brièvement cette semaine, alors qu’ICI ARTV rediffuse deux épisodes du téléroman «La Petite Patrie», pour honorer la mémoire de l’auteur Claude Jasmin, décédé le 29 avril. 

• À lire aussi: Le festival Juste pour rire confirme sa tenue cet été pour la mi-juillet

Un jeune Vincent Bilodeau, alors en tout début de carrière, incarnait Clément Germain, l’alter ego de Claude Jasmin, dans cette histoire qui fleurait bon le quartier modeste typique de Montréal, lequel a été rebaptisé Petite Patrie par l’écrivain lui-même suite à la publication de son roman du même nom, dont était dérivée la série.

Deux saisons de la fiction à teneur autobiographique ont été présentées à Radio-Canada de l’automne 1974 au printemps 1976, puis rediffusées à plusieurs reprises dans les années suivantes.

Revoir «La Petite Patrie» en l’honneur de Claude Jasmin
PHOTO COURTOISIE

Un magnifique été

Vincent Bilodeau se souvient parfaitement des premiers tournages extérieurs de «La Petite Patrie», étalés sur un mois et demi, sur la rue Saint-Denis, dans les environs du Marché Jean-Talon et du parc Jarry.

«À cette époque, il y avait de bons budgets pour les téléromans! (rires) Aujourd’hui, ça serait impossible de refaire la même chose, car il y a trop de trafic, et ç’a trop changé dans les environs. À cette époque, ils étaient encore capables de maquiller les lieux. On a même tourné dans la maison de Claude Jasmin, dans la cour arrière et sur le balcon avant, et l’intérieur de la maison avait été converti en studio après. Ç’avait été un été extraordinaire. Un des plus beaux étés de ma vie, avec une équipe magnifique! Et il avait fait beau tout le temps», raconte l’acteur, qui avait rencontré Florent Forget, le réalisateur de «La Petite Patrie», en jouant au théâtre, et avait ainsi obtenu le rôle marquant de Clément Germain. Ce dernier était aussi narrateur de l’intrigue, un aspect qui plaisait beaucoup à son interprète.

Depuis qu’ICI ARTV a annoncé la rediffusion d’épisodes de «La Petite Patrie», Vincent Bilodeau a reçu énormément de messages de gens qui espéraient revoir la série au complet, mais les retrouvailles ne dureront que le temps de deux épisodes. L’artiste s’en désole un peu également, lui qui a aussi joué dans «Dominique», autre célèbre rendez-vous télévisé, avec Dominique Michel, coécrit par Claude Jasmin et Réal Giguère.

«Claude était un grand écrivain. Ses dialogues étaient vraiment intéressants. Et, en plus de bien écrire, il était très facile à travailler. À cette époque, les auteurs étaient très drastiques et ne collaboraient pas vraiment; ils tenaient à ce qu’on dise leurs textes à la virgule près. Claude, au contraire, était très gentil et tenait compte de nos commentaires pour rédiger de nouvelles versions. La collaboration avec lui était magnifique. Il assistait à toutes les répétitions.»

Revoir «La Petite Patrie» en l’honneur de Claude Jasmin
PHOTO COURTOISIE

Comme «Discussions...»

Autre immense bonheur de Vincent Bilodeau lié à «La Petite Patrie»: c’est sur ce plateau qu’il a fait la connaissance de celle qui est devenue son épouse et la mère de ses enfants, l’actrice Andrée Cousineau.

«Son personnage était en amour avec moi, et je pense qu’elle a pris son rôle au sérieux!», blague en riant Vincent Bilodeau, qui doit commencer ce jeudi les enregistrements de la quatrième saison de «Discussions avec mes parents», un projet qu’il compare d’ailleurs spontanément à «La Petite Patrie».

«Dans les deux séries, l’auteur écrit en quelque sorte ses mémoires, bien qu’elles soient plus imaginées dans le cas de François (Morency). Et les deux partent d’un livre», détaille Vincent Bilodeau.  

  • ICI ARTV rediffusera deux épisodes de «La Petite Patrie» jeudi, le 6 mai, dès 20 h, et dimanche, le 9 mai, à 18 h.  

À VOIR AUSSI...