/entertainment/movies
Navigation

«La furie d'un homme»: Jason Statham + Guy Ritchie = beaucoup de plaisir

«La furie d'un homme»: Jason Statham + Guy Ritchie = beaucoup de plaisir

Coup d'oeil sur cet article

Chaque fois que Jason Statham et Guy Ritchie se retrouvent, le spectateur en sort gagnant. Nouvelle version (très) américanisée du long métrage «Le convoyeur», «La furie d’un homme» est la quatrième collaboration entre l’acteur de films d’action et le réalisateur britannique. 

• À lire aussi: Karine Vanasse et Luc Picard en vedette dans le nouveau film de Rafaël Ouellet

H. (Jason Statham), de son nom complet Hill, est le nouvel employé de Fortico, une compagnie de transport de fonds. Il y entre sans faire d’éclat, les résultats de son examen d’entrée lui assurant tout juste la note de passage. Mais lorsque son camion est attaqué, il tue les criminels avec une redoutable efficacité et un sang froid remarquable. Considéré dès lors comme un héros par ses collègues, les bandits lui font payer le prix fort et H. n’a plus qu’un seul objectif: celui de se venger.

Hautement prévisible, «La furie d’un homme» est divisé en quatre chapitres, Guy Ritchie renonçant ici à sa traditionnelle narration brouillonne. L’action est claire, simple (oui, c’est un tantinet manichéen) et le cinéaste respecte à la lettre les codes du genre: rythme soutenu, fusillades fréquentes, sous-intrigues et rebondissements fréquents. Visuellement, le long métrage est hyper léché, contient des effets visuels de qualité et ressemble parfois à s’y méprendre à une version cinématographique de «Gran Turismo»... pour le plus grand plaisir des fans du jeu vidéo et du cinéaste «british».

Dans ce rôle de tueur dont la froideur masque les états d’âme, Jason Statham est (comme d’habitude) parfait. Ses coéquipiers d’aventure, parmi lesquels on compte Josh Hartnett, Scott Eastwood, Holt McCallanyet Jeffrey Donovan ont juste ce qu’il faut de sérieux et d’inquiétant pour parfaire l’expérience.

On pourra (et on ne s’en privera d’ailleurs pas) regretter la légèreté de «La furie d'un homme», comme si, pour une fois, Guy Ritchie se reposait un peu et exigeait moins d’efforts de compréhension de la part du spectateur. Or, ce serait oublier la patte artistique distinctive de ce cinéaste et le pur plaisir de voir Jason Statham faire le coup de poing et jouer des armes à feu dans un film de braquage («heist movie», dans la langue de Shakespeare), ma foi, fort efficace. 

  • Note: 3,5 sur 5 
  • «La furie d'un homme» déboule dans les salles obscures de la province ce vendredi. 

À VOIR AUSSI...

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.