/portemonnaie
Navigation

Morille Québec : Patriotisme économique 101

Morille Québec : Patriotisme économique 101
Crédit photo: Marc-Olivier Bécotte / Crédit photomontage: Sébastien Dorion

Coup d'oeil sur cet article

L’histoire de Simon-Pierre Murdock est à la fois improbable et inspirante. Je songe d’ailleurs à en acquérir les droits pour une adaptation cinématographique !

Le gars était plongeur dans un restaurant quand il a décidé de retourner aux études. Il est devenu infirmier et, en 2008, une de ses patientes a tragiquement perdu la vie. Pour se remettre de ses émotions, Simon-Pierre est parti prendre l’air en forêt. C’est là qu’il est tombé sur un lot de morilles, un butin très rare constitué d’un des meilleurs champignons du monde ! 

Le lendemain, sa décision était prise : il allait se lancer en affaires pour valoriser les produits de la forêt et de son doux Saguenay. Plus encore, pour faire œuvre utile. 

Faire briller le Québec, une responsabilité

Avec son entreprise Morille Québec, Simon-Pierre Murdock veut non seulement vendre des champignons d’ici, il veut encourager les gens à découvrir le territoire autrement. « On peut cuisiner avec le lichen, les jeunes pousses de sapin, les boutons de marguerite... La forêt, c’est nos origines, dit-il. On est des cueilleurs-chasseurs ! Il faut s’intéresser à nos aliments sauvages. »

En 2009, Simon-Pierre a obtenu le deuxième prix du concours des Bourses Pierre-Péladeau, soit 30 000 $ qui ont offert tout un élan à son entreprise. L’entrepreneur a rapidement pris du galon, ce qui lui a permis de cofonder Canada Sauce, en 2018. L’entreprise de condiments fabrique depuis les populaires ketchup-relish-moutarde d’ici dans ses installations de Chicoutimi.

C’est qu’à titre d’entrepreneur, Simon-Pierre tient à être un « patriote économique ». (J’adore cette expression !) Selon lui, « un patriote économique encourage un protectionnisme québécois qui va tous nous enrichir. Il va nous aider à lutter contre la pauvreté et les inégalités, puis nous permettre de garder l’argent au Québec avec une notion de réinvestissement. Pour moi, c’est aussi être un entrepreneur qui dit la vérité et qui fait de l’argent de façon transparente ».

Ce n’est pas tous les jours facile d’embrasser cette philosophie, mais ça peut créer de belles surprises ! Pour en savoir plus, je vous invite à écouter le second épisode de Sur un 10 cents, un balado pour apprendre à se revirer de bord en affaires.

Chaque jeudi, retrouvez un nouvel épisode du balado Sur un 10 cents sur le site du 24 heures.

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux