/news/politics
Navigation

L'opposition passe au gril la cheffe de cabinet de Justin Trudeau

Katie Telford
Capture d'écran Katie Telford

Coup d'oeil sur cet article

La cheffe de cabinet de Justin Trudeau, Katie Telford, nie catégoriquement avoir été informée que des allégations d’inconduites sexuelles pesaient sur le général Jonathan Vance, ex-chef d’état-major. 

• À lire aussi: Inconduites au sein de l’armée: la cheffe du cabinet de Trudeau témoignera

• À lire aussi: O’Toole demande le renvoi d’une proche de Trudeau

Mme Telford a été bombardée de questions cet après-midi devant le Comité permanent de la défense nationale, qui tentait de savoir ce qu’elle savait de ce dossier et ce qu’elle a ou non communiqué au premier ministre.

Justin Trudeau a déclaré avoir appris par les médias, en mars dernier seulement, que les allégations qui pesaient contre le général Vance concernaient des inconduites sexuelles. Mme Telford a assuré qu’elle en avait aussi été informée par les journalistes cette année.

Pourtant, l'ex-conseiller principal du cabinet du premier ministre, Elder Marques, a déclaré au Comité, il y a deux semaines, qu’il avait été informé dès 2018 que des allégations pesaient sur le gradé, et que Mme Telford était au courant.

M. Marques a indiqué qu’il avait tenu pour acquis que l’«inconduite personnelle» dont il était question était de nature sexuelle lorsqu’il avait transmis le dossier au Bureau du Conseil privé, juste après que l’ombudsman de la défense eut saisi le ministre Harjit Sajjan de l’affaire.

Des échanges de courriels provenant du Bureau du Conseil privé peu après cette fameuse rencontre entre le ministre et l’ombudsman parlent d’allégation de «harcèlement sexuel».

Tout en admettant s’être doutée qu’il pouvait s’agir d’inconduites sexuelles, Mme Telford a répété que son équipe ne connaissait ni la nature des accusations ni les détails.

«J’ai traité la plainte comme si elle était des plus graves, même si je n’en connaissais pas la nature», a-t-elle assuré en insistant sur ses valeurs féministes.

Quant à savoir pourquoi le premier ministre n’avait pas été informé, Mme Telford a rejeté le blâme sur le Bureau du Conseil privé, qui avait la responsabilité de conseiller le ministre Sajjan dans ce dossier.

«Je considère que ce que vous dites est totalement incohérent», a répliqué le conservateur Pierre Paul-Hus, dont le chef a réclamé la démission de Mme Telford il y a quelques jours.

«Il n’y a personne qui veut prendre ses responsabilités», a dit quant à lui le bloquiste Xavier Barsalou-Duval.

«Ça fait peur»

«Si vraiment le premier ministre n’était pas au courant après tout ce qu’on sait maintenant, ça fait peur, parce que ça veut dire que la fédération est gouvernée par des gens qui ne savent pas ce qu'il se passe autour d’eux», s’est inquiété le bloquiste Rhéal Fortin.

«Il m’apparaît évident que M.Trudeau savait ce qu’il se passait, mais qu’il n’a pas voulu le voir», a-t-il ajouté.

Le premier ministre a prolongé le contrat du général Vance en 2019, malgré les allégations qui pesaient déjà sur lui.

Le gradé aurait entretenu une liaison continue avec une subalterne pendant plusieurs années. De cette relation seraient même nés deux enfants qu’il refuserait de reconnaître. En parallèle, il aurait fait des avances par courriel à une autre militaire plus jeune.