/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Miroir, miroir, qui est la plus sotte?

Blanche Neige
Capture d'écran

Coup d'oeil sur cet article

Ce qui est bien avec les crinqués de la rectitude politique, les militants radicaux de la justice sociale, c’est qu’ils sont une source inextinguible d’occasions de rigoler.

Ou, dit plus simplement, ce qui est le fun avec les « wokes », c’est qu’ils sont une source infinie de « jokes ».

La dernière en lice, tenez-vous bien : la scène du baiser dans Blanche-Neige et les sept nains est inacceptable, car la belle endormie se fait embrasser par le prince... sans son consentement. Et comme on le sait, sans oui c’est non. Même au royaume de Disney !

UNE CONNERIE SANS LIMITES

Le parc d’attractions Disneyland en Californie était fermé depuis les débuts de la pandémie.

Mais à sa réouverture le 1er mai, les visiteurs ont pu découvrir une nouvelle attraction pour les enfants : Snow White’s Enchanted Wish (qui remplace Snow White’s Scary Adventures, qui, paraît-il, faisait trop peur aux petits enfants).

Sauf que deux chroniqueuses du San Francisco Chronicle ont été outrées que la nouvelle attraction inclue la scène où le prince charmant donne un baiser à Blanche-Neige. Je cite ce qu’elles ont écrit, car c’est de la grande « wokerie » de classe mondiale !

« Un baiser qu’il lui donne sans son consentement, pendant qu’elle dort, ce qui ne peut être considéré comme du vrai amour, puisque seulement une des deux personnes est consciente de ce qui est en train de se passer.  

« N’avons-nous pas déjà établi que le consentement, dans les premiers films de Disney, est un problème majeur ? Qu’il faut apprendre aux enfants que s’embrasser, quand il n’a pas été établi si les deux parties s’engagent volontairement, n’est pas correct ? Difficile de comprendre pourquoi Disneyland, en 2021, voudrait choisir d’ajouter une scène avec des idées aussi dépassées de ce qu’un homme a le droit de faire à une femme. »

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Je ne pensais jamais devoir écrire ça un jour, mais... Blanche-Neige n’existe pas. Le prince charmant n’existe pas. Les dessins animés ne sont pas la vraie vie. Les dessins animés ne sont pas des leçons de comportement, mais des histoires inventées pour divertir les tout-petits.

Ces deux chroniqueuses se rappellent-elles que dans l’histoire, le prince croit que Blanche-Neige est morte ? Tu ne peux pas demander à une morte si elle est consentante, bordel !!!

Et qu’est-ce que les deux chroniqueuses pensent du personnage de la reine, la vilaine belle-mère qui empoisonne Blanche-Neige en se déguisant en vieille femme et en lui faisant manger une pomme empoisonnée ? C’est pas misogyne, ça, de présenter les femmes comme des vilaines empoisonneuses ?

Et les sept nains, c’est pas une représentation caricaturale, stéréotypée et dérogatoire des personnes de petite taille ? Et les pommes, qu’est-ce qu’elles en disent des pommes ? En présentant ce fruit comme source de poison, Disneyland ne démonise-t-il pas les végétaliens qui se nourrissent de fruits et de légumes ?

Et c’est quoi, ce nom, Snowwhite ? Blanche-Neige ? N’est-ce pas encore une fois une preuve de privilège blanc ?

IDIOTIE SYSTÉMIQUE

Vous savez ce que disait Freud : « Parfois un cigare est juste un cigare ». On pourrait répondre à ces deux chroniqueuses qui voient des microagressions et de la culture du viol partout : « Parfois un baiser est juste un baiser ».