/sports/hockey/canadien
Navigation

Possible absence de Danault: « nos centres devront se lever » - Nick Suzuki

Nick Suzuki aura besoin d’élever son jeu d’un cran en l’absence de Phillip Danault

Après avoir connu un creux de vague, Nick Suzuki s’est ressaisi avec une récolte de 10 points à ses huit plus récentes sorties.
Photo Martin Chevalier Après avoir connu un creux de vague, Nick Suzuki s’est ressaisi avec une récolte de 10 points à ses huit plus récentes sorties.

Coup d'oeil sur cet article

Phillip Danault n’a pas souvent visité l’infirmerie. Depuis la saison 2018-2019, il a endossé l’uniforme du Canadien pour 205 des 206 derniers matchs de l’équipe. 

• À lire aussi: Danault aussi à l’infirmerie

Il faut remonter au 19 février 2019 pour retracer la dernière absence de Danault lors d’un match du CH. C’était lors d’une rencontre contre les Blue Jackets de Columbus au Centre Bell. Ce soir-là, le numéro 24 avait reçu un congé afin d’accompagner sa conjointe, Marie-Pierre, pour la naissance de leur fils, Phillip-Édouard. 

Depuis trois ans, le Québécois est donc l’un des hommes de fer du Tricolore. Seul Jeff Petry a participé aux 206 derniers duels de la formation.  

Après avoir connu un creux de vague, Nick Suzuki s’est ressaisi avec une récolte de 10 points à ses huit plus récentes sorties.
Photo Martin Chevalier

À la veille d’un dernier match cette année contre les Maple Leafs à Toronto, le CH mise sur cinq joueurs qui ont disputé les 53 parties : Petry, Danault, Nick Suzuki, Jesperi Kotkaniemi et Joel Edmundson. 

Samedi soir, le quintette se transformera en quatuor avec l’absence de Danault. 

En début de soirée vendredi, le CH a confirmé qu’il est rentré à Montréal, avec un chauffeur privé, et qu’il sera évalué quotidiennement. 

Blessé au haut du corps, Danault a déclaré forfait après seulement six présences et un temps de jeu de 3 min 26 s lors du revers de 5 à 2 contre les Maple Leafs, jeudi, à Toronto.  

Aux autres centres de se lever

Dominique Ducharme a cherché à se montrer rassurant après la défaite en disant qu’il ne croyait pas à une absence à long terme, mais l’entraîneur a aussi dit que son meilleur centre à caractère défensif traînait cette blessure depuis déjà quelques jours. 

Suzuki est très conscient de l’enjeu pour lui et les autres joueurs de centre de l’équipe sans Danault. 

« Si Phil n’est pas dans la formation, nos centres devront se lever, a dit Suzuki en visioconférence, vendredi, à l’hôtel du club à Toronto avant qu’on confirme son absence. Il s’agirait d’un gros trou à remplir. Il apporte une tonne d’énergie, il est bon en infériorité numérique et à cinq contre cinq. Il a fait tout ce qu’on lui demande cette saison. S’il ne joue pas, on devra neutraliser les gros centres des autres équipes. »

Après avoir connu un creux de vague, Nick Suzuki s’est ressaisi avec une récolte de 10 points à ses huit plus récentes sorties.
Photo Martin Chevalier

Avec trois matchs seulement à jouer au calendrier régulier, le Tricolore doit composer avec plusieurs blessés. Les Carey Price, Shea Weber, Brendan Gallagher, Jonathan Drouin (raisons personnelles) et Paul Byron sont toujours sur la touche. Jeudi soir, Ducharme a salué le retour de Tomas Tatar, mais il a perdu Danault au cours de la même soirée. 

Pas découragé

« Je ne peux pas dire que c’est décourageant, ça donne des occasions à d’autres joueurs, a noté Suzuki. Il y a des joueurs qui joueront de plus grosses minutes. Ils doivent montrer aux entraîneurs ce qu’ils ont dans le ventre. C’est une occasion pour certains gars d’en offrir plus. Il y a une tonne de profondeur au sein de l’équipe, nous avons confiance en tout le monde. Je ne trouve pas ça décourageant. »

Suzuki a offert le bon discours, celui du joueur optimiste. Mais dans les faits, Ducharme et le DG Marc Bergevin prieront pour le retour au jeu prochain des Price, Weber, Gallagher et Danault.

Après avoir connu un creux de vague, Nick Suzuki s’est ressaisi avec une récolte de 10 points à ses huit plus récentes sorties.
Photo Martin Chevalier

Un mot à Kotkaniemi

En cette journée de congé d’entraînement sur la glace, Suzuki avait un plan assez simple. Il voulait se reposer et s’offrir une petite marche dans les rues de Toronto. 

Sur le plan personnel, l’Ontarien de 21 ans a trouvé une façon d’élever son jeu dernièrement, avec 10 points (4 buts, 6 passes) à ses huit derniers matchs. Avant cette période heureuse, il avait frappé un mur avec seulement 10 points (3 buts, 7 passes) en 22 rencontres. 

Suzuki pourrait servir d’oreilles attentives à Kotkaniemi, qui traverse une période sombre sans aucun but et seulement quatre aides à ses 21 derniers duels. 

« Je lui ai parlé un peu, a répliqué le numéro 14. Il ne produit peut-être pas, mais il fait de bons jeux. Il travaille fort. Il a juste besoin d’un bond, d’un but pour se relancer. Il doit rester positif et avoir du plaisir. J’ai le sentiment que son jeu reviendra. »