/sports/opinion/columnists
Navigation

Camp d’entraînement à 250 000$

BOXING-DAVIS-VS-GAMBOA/
Photo d'archives Jean Pascal (à droite) avait vaincu Badou Jack en décembre 2019, à Atlanta.

Coup d'oeil sur cet article

Faut qu’un homme croie en lui. Jean Pascal a finalement confirmé hier après-midi, de Porto Rico, qu’il allait affronter Badou Jack dans une revanche au Hard Rock Stadium de Miami. Devant 65 000 personnes, estiment les promoteurs.

Le dimanche 6 juin. En demi-finale du grand cirque entre Floyd Mayweather et le YouTuber Logan Paul. C’est comme ça que ça se passe en 2021 et l’on n’a rien à dire. Logan Paul a 22,7 millions d’abonnés à sa chaîne YouTube et même si, selon Zachary, il est devenu un peu trouduc, c’est lui qui va faire vendre les centaines de milliers de télés à la carte qui vont payer les millions aux boxeurs... et aux promoteurs.

« Oui, je confirme que tout est réglé. Les conditions et l’argent. Mais avec PBC, la firme de Al Haymon, c’est toujours long avant que les contrats soient prêts pour la signature. Ça va se signer dans les deux dernières semaines, je présume », a expliqué Jean Pascal.

On s’est parlé à quelques reprises pendant la semaine. Chaque fois, Pascal textait après la conversation qu’il ne pouvait « parler » avant vendredi. C’est finalement le clan de Badou Jack qui a officialisé le tout en publiant une vidéo promotionnelle sur les réseaux sociaux.

La vérité, c’est que Jean Pascal complétait sa préparation pour le combat du 6 juin depuis quelques semaines déjà.

Longue liste de dépenses

C’est l’aboutissement d’une vraie aventure. Pascal devait se battre en février. La date du combat a sans cesse été repoussée. Mais pas les dépenses. 

« C’est simple, ça fait six mois que je paye une maison à Lorraine, six mois que je paye une voiture qui ne roule pas au Québec, que je paye une voiture pour mon assistance qui surveille mes affaires et aide ma fille Angel et que je loue une voiture à Porto Rico. Ça fait aussi six mois que je paye un appartement à Porto Rico ainsi que des chambres d’hôtel pour les membres de mon équipe, que je paye les salaires et les dépenses d’un nutritionniste, d’un préparateur physique, d’un physiothérapeute. C’est un investissement énorme pour préparer un combat », d’expliquer le champion du monde.

J’ai suggéré un total de 200 000 $ en frais pour le camp. 

« Je dirais plutôt que c’est presque 250 000 $ », a répondu Pascal, qui a toujours su compter et négocier.

« Effectivement, c’est un investissement dans mon corps et dans moi. Il faut se faire confiance, et alors, ce sont les meilleurs investissements qu’on peut faire. Ça commence avec l’éducation. Mais je ne veux pas parler d’argent, ça ne plaît pas toujours aux gens », de dire Pascal.

Mais vous aurez compris qu’à titre de champion du monde et tête d’affiche de la vraie soirée de boxe, Jean Pascal va toucher une bourse de vraie finale d’une soirée à la télé... et disputée devant 65 000 personnes. On parle de gros sept chiffres.

Pourquoi sept gros chiffres ? Il ne reste plus beaucoup de tickets sur le site du combat. Le prix varie entre 788 $ US (958 $ CAD) dans le pit du haut et l’un des quatre tickets restants ringside à... 18 392 $ (22 357 $ CAD).

Je peux vous en réserver deux ! Appelez Jeff Girard pour une hypothèque.

Plus tôt cette semaine, Jean Pascal discutait du duel spécial entre Mayweather et Paul. Jean a le sens de la promotion, on le sait. Il n’est pas pour dénigrer le combat d’un autre. 

« En plus, Logan Paul va amener une toute nouvelle clientèle qui va découvrir Jean Pascal. C’est bon. Et puis, à la boxe, ça ne prend qu’un seul coup de poing pour tout changer dans un combat ; Logan est plus grand, plus gros et plus fort », dit Pascal.

Pas à la légère

Mais ce qui le préoccupe, c’est Badou Jack. Pascal a appris des choses lors de son combat du 28 décembre à Atlanta. 

« J’ai appris surtout à ne pas sous-estimer Badou Jack. Il est résistant et endurant. Je me suis encore mieux préparé. Je ne prends rien à la légère. Je suis un jeune 38 ans, mais je n’ai plus 20 ans non plus. Je n’essayerai pas de conter des histoires », dit-il.

C’est une glorieuse carrière qui se poursuit. Jean Pascal aura été le plus grand boxeur de l’histoire du Québec. 

L’idéal, ce serait une autre victoire et enfin une défense de son titre au Québec...

En 2025. 

Canelo Alvarez va battre le Gypsy  

Ça risque de se rendre à la décision après 12 rounds d’un combat exaspérant, ce soir. Je m’attends à ce que Canelo Alvarez reste patient et laisse Billy Joe Saunders se déplacer dans le ring de 22 pieds que les Irlandais ont réussi à imposer.

Saunders va esquiver les charges, il va danser, bouger la tête, revenir avec des jabs en série, mais il va rester un gros problème. Surtout au Texas, où l’on favorise le boxeur agressif qui maîtrise le centre du ring, il sera très difficile pour le Gypsy mal élevé de gagner des rounds en boxant en défensive.

De plus, Canelo Alvarez a amplement fait la démonstration qu’il a une mâchoire très solide.

Mais Billy Joe Saunders est le pire adversaire que pouvait affronter le Mexicain. Il est glissant comme une truite et boxe comme la mouche du coche. Ce qu’on ne sait pas, c’est dans quel état il va monter dans le ring.

Saunders n’est pas le plus discipliné des hommes, et, souvent, il se comporte comme un voyou. En fait, on dirait un p’tit bum.

Vous vous rappelez à quel point David Lemieux avait eu droit à toute une gamme de polissonneries ? Canelo a eu droit à la pareille.

Avec une grosse différence : Canelo ne parle pas anglais. À bien y penser, Billy Joe non plus, d’ailleurs...