/finance/news
Navigation

Le coût insoupçonné des réparations automobiles

AdobeStock_129548345 [Converti]
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Les voitures ne volent pas comme on l’imaginait dans les films de science-fiction du siècle dernier, mais pour ce qui est de leur design, on n’est pas déçu.

Je suis récemment tombé sur la publicité d’un VUS dans laquelle on voyait sa calandre s’illuminer de mille feux au démarrage du moteur, on aurait dit un vaisseau spatial tiré du film Rencontres du troisième type.

L’enchantement a rapidement cédé le pas à mes sempiternelles préoccupations financières : « Avec une auto de même, t’as pas intérêt à foncer dans le char d’en avant, je ne voudrais pas voir la facture des ampoules ! »

Avec une auto de même, justement, il paraît qu’on n’est plus censé rentrer dans le derrière de personne. De plus en plus de véhicules sont équipés d’un système de détection et de freinage autonome pour éviter les tamponnages... Bien, voilà une autre affaire qui coûte cher !

On n’a pas intérêt à trop abîmer ces joujoux bourrés de gadgets, car le coût des réparations frappe lui aussi l’imaginaire (et les finances). Évidemment, ça finit par se répercuter sur la facture d’assurance.

Jusqu’à 10 fois plus cher

Le prix des pièces d’un modèle de 2021 n’a plus rien à voir avec ce qu’il a déjà été. Des composantes répandues dans les voitures d’aujourd’hui n’existaient pas il y a dix ans. J’ai discuté de ce sujet avec Claude Leclerc, vice-président service pour le groupe ALBI le Géant. Il ne tarit pas d’exemples.

« Après une collision à 30 km/h, un véhicule peut sembler ne pas avoir grand-chose, mais tout de même avoir subi pour plus de 10 000 $ de dommages. Les gens ont perdu leurs repères, et je les comprends. Ils se demandent pourquoi ça coûte aussi cher. Il y a de la technologie partout », explique-t-il.

Selon le Bureau de l’assurance du Canada (BAC), le coût des sinistres liés aux collisions a crû de 32 % de 2009 à 2019. Les primes d’assurance ont quant à elles grimpé de 22 %.

Prenons le pare-brise. Au début des années 2000, le remplacer coûtait grosso modo 150 $, selon Claude Leclerc. Aujourd’hui, il peut intégrer des détecteurs de pluie pour activer les essuie-glace et un radar (parmi d’autres) pour le régulateur de vitesse. Coût : 1400 $.

Il y a quelques années à peine, seules les voitures de luxe étaient munies d’un système de surveillance des angles morts. Cette technologie s’est depuis fait un chemin jusque dans les petites voitures coréennes. Le moindre dommage à un pare-chocs peut nécessiter un calibrage des capteurs grâce auxquels fonctionne ce système, quand il ne faut pas les remplacer. Le prix de ces bidules varie entre quelques centaines et quelques milliers de dollars.

L’inflation s’attaque aux moindres composantes d’un véhicule, la plupart du temps invisibles. Claude Leclerc relève le cas des supports qui soutiennent le moteur au châssis. « Avant, ces supports étaient en acier et coûtaient 35 $ chacun. Aujourd’hui, de plus en plus sont faits d’aluminium, de caoutchouc et d’huile, ce qui réduit le bruit et la vibration sur le volant, mais la pièce vaut 300 $ ».

Même chose avec les radiateurs.

Auparavant, ils étaient en acier. Ils sont aujourd’hui fabriqués en aluminium, trois fois plus cher. Juste derrière ce radiateur, on en trouve un autre, celui de la climatisation. Ces systèmes nécessitent moins de fréon qu’auparavant, mais doivent être remplis à l’aide de bonbonnes dont le prix est passé de 150 $ à 1000 $ !

Le phénomène gagne même la peinture. De nouvelles couleurs, plus éclatantes, sont apparues sur le marché grâce aux peintures dites « tricouche ». Ce type de finition coûte plus cher à l’achat et lors des réparations. La nouvelle peinture appliquée sur la partie réparée n’est jamais identique à l’originale, laissant une ligne de démarcation. 

« On doit tromper l’œil en étendant la zone de peinture et en utilisant une technique d’agencement. Ça augmente la facture », explique Claude Leclerc.

Et les phares qui donnent leurs airs futuristes aux voitures ? Alors là, c’est le délire ! Avec les années, on est passé du phare halogène, au xénon, à l’ampoule DEL et maintenant... au laser ! 

« Sur une voiture de luxe, c’est 5000 $ pour un seul côté. Sur une japonaise, on s’en tire à moins de 2000 $ par côté. »

Ajoutez le déploiement des coussins gonflables (2000 $ par coussin) et la déformation de la structure, un impact d’importance moyenne peut facilement mener à une perte totale.

Avant de conclure l’achat d’un nouveau véhicule, informez-vous du coût pour l’assurer. Et comme on dit : conduisez prudemment ! 

Coûts des nouvelles pièces qui n’existaient pas il y a 10 ans 

Modèles  Caméra avant  Capteurs d'angle mort (x2)
2020 Mazda CX5 475 $ 518 $
2020 Toyota RAV4 303 $ 452 $ 
2020 GMC Terrain  775 $  303 $ 
2020 Audi Q5 590 $  2993 $ 
2020 BMW X5 783 $  5304 $

 Source : Audatex, février 2020, via le BAC