/weekend
Navigation

Nuits blanches à l’horizon!

Chuck Wendig
Photo courtoisie, Edwin Tse Chuck Wendig

Coup d'oeil sur cet article

Ce qu’on vous recommande ? Marcher les bras devant jusqu’à la librairie la plus proche pour vous procurer Les somnambules. Si vous aimez les dystopies, celle-ci est tout simplement extraordinaire.

Ce n’est un secret pour personne, on a toujours adoré Stephen King. Enfin... Pas lui personnellement, mais ses romans. De ce fait, on n’a pas le moindre scrupule à dire que Les somnambules, un pavé de près de 1200 pages signé Chuck Wendig, n’a absolument rien à leur envier. 

Chuck qui ? Eh ben, voilà. Aux États-Unis, Chuck Wendig a publié plus d’une vingtaine de best-sellers pouvant tour à tour être glissés dans les catégories science-fi, fantastique, fantasy ou horreur. Mais ici, on n’a eu droit qu’à quelques traductions seulement, et du coup, c’est un auteur qu’on ne connaît pas très bien. Quoi qu’il en soit, on est à peu près sûr d’une chose : grâce à son génialissime Les somnambules, ce ne sera bientôt plus le cas. Car franchement, ça faisait longtemps qu’on n’avait pas lu une aussi bonne dystopie... qui n’est finalement pas tellement éloignée de ce qu’on vit présentement. 

« Pendant des années, j’ai été hanté par une image, explique Chuck Wendig, qu’on a pu joindre chez lui dans le comté de Bucks, en Pennsylvanie. Celle de personnes quittant leur domicile pour se mettre à marcher vers une destination inconnue, dans un but inconnu. Le problème, c’est que je ne savais pas trop quoi faire de cette idée. Et puis 2016 est arrivé, et aux États-Unis, le contexte a totalement changé. À partir de là, l’histoire s’est mise en place en touchant à un large éventail de peurs : les dissensions politiques, les changements climatiques, l’intelligence artificielle, les nouveaux virus, la résistance aux antibiotiques, les extrémistes, etc. Je ne voulais pas dénoncer ou critiquer, mais écrire sur l’Amérique d’aujourd’hui. »

D’une pandémie à l’autre

À 80 kilomètres d’Allentown, dans une petite ville de 4925 habitants du nom de Maker’s Bell, la jeune Nessie Stewart, 15 ans, va ainsi sortir de chez elle pieds nus. Telle une somnambule, elle va ensuite se mettre à marcher droit devant elle le regard totalement vide et peu importe ce qui sera tenté, personne ne parviendra à l’arrêter. Pire que ça, d’autres « somnambules » ne tarderont pas à se joindre à elle. Et plus les jours passeront, plus ils seront nombreux. 

Pour découvrir de quoi il s’agit, le Dr Benji Ray, qui a déjà œuvré au sein du service d’investigation épidémique du CDC (Centers for Disease Control and Prevention), sera approché par la conceptrice neuronale du projet Black Swan, une intelligence artificielle prédictive dont la principale mission est d’anticiper les épidémies. Eh oui, c’est donc là que la fiction va rejoindre la réalité. Parce qu’il y aura ici aussi une pandémie, qui se révélera toutefois bien plus terrible que celle qu’on connaît actuellement. 

« Avoir su ce qui s’en venait [dans sa version originale, Les somnambules a été publié dans le courant de l’été 2019], je ne sais pas si j’aurais écrit ce livre de la même façon, souligne Chuck Wendig. Mais probablement que oui. Après tout, l’histoire ne porte pas seulement sur la pandémie, mais sur l’Amérique en général. »

Sans plan et en plan

Pendant que les somnambules traverseront les États-Unis sans prêter la moindre attention à tout ce qui les entoure, on verra à quel point cette étrange procession affectera le pays. Tel qu’on peut s’y attendre, il y aura ceux, bien intentionnés, qui tenteront d’aider leur prochain. Mais également ceux qui ne reculeront devant rien pour tirer parti de la situation. En un mot, le chaos. Et dès qu’on commencera à comprendre un peu plus ce qui se passe, les frissons dans le dos sont garantis. 

« Quand j’ai commencé à écrire Les somnambules, je ne me doutais pas que j’allais dépasser le cap des 1000 pages !, s’exclame Chuck Wendig. C’est deux fois plus que ce que j’écris d’habitude ! Mais ce qui est inhabituel, pour un roman de cette taille, c’est que je n’ai pas élaboré de plan. J’ai simplement suivi le fil de l’histoire en essayant toujours de me surprendre moi-même. Je me suis dit que de cette façon, je risquais d’augmenter mes chances de surprendre aussi les lecteurs. » Ce qui est sans conteste le cas. 

Ceci étant, Chuck Wendig a gardé le meilleur pour la fin en nous annonçant qu’en ce moment même, il était en train d’écrire la suite des Somnambules. On se promet donc de garder les deux yeux bien ouverts pour ne surtout pas en rater la sortie !

Les somnambules<br/>
Chuck Wendig<br/>
Éditions Sonatin<br/>
1176 pages
Photo courtoisie
Les somnambules
Chuck Wendig
Éditions Sonatin
1176 pages