/sports/fighting
Navigation

Sanction sévère contre un combattant québécois

Sanction sévère contre un combattant québécois
Simon Clark/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le combattant québécois Dave Leduc ne pourra participer aux compétitions organisées par la fédération de lethwei traditionnel du Myanmar, la MTLF, en raison d'une suspension de deux ans imposée par cette organisation.  

• À lire aussi: L’avenir nous appartient: nous le voulons français

• À lire aussi: UFC: Jourdain et Barriault en action à Vegas

• À lire aussi: Le combattant québécois qui veut développer le Myanmar

Cette décision a été prise après des commentaires virulents de l’athlète de 29 ans émis au sujet du champion de muay thaï Banchamek Buakaw et contre les célébrations de la journée officielle de ce que certains nomment la boxe thaïlandaise.  

«Il a violé les règles et l’éthique telle qu’émise par la fédération, peut-on lire dans un communiqué émis par le président de la fédération, Thein Aung, vendredi, et tel que diffusé par diverses sources, dont le site mymmanews.com. Ceci pourrait ternir la réputation entre la Thaïlande et le Myanmar.»  

L’organisation en question, qui n’est pas la seule de la discipline dans ce pays, a placé le nom de Leduc sur sa liste noire. Toutefois, cela ne devrait pas l’empêcher selon ses dires de continuer à pratiquer son sport. 

«Ils ne sont pas la fédération mondiale de lethwei [WLF]. Celle-ci est la plus puissante, elle a des ententes avec des fédérations partout sur la planète. [...] Personne au monde ne me dit quoi faire. La WLF ne peut pas et encore moins la MTLF», a-t-il affirmé au site Overtime Heroics.     

En novembre 2020, le natif de Gatineau avait disputé un premier combat de lethwei traditionnel aux États-Unis. Ayant pris position publiquement sur certains sujets, Leduc avait aussi pris la parole lors d’une manifestation contre les mesures sanitaires au Canada, s’indignant à cet égard sur plusieurs plateformes. Concernant le Myanmar, il s’est prononcé sur ses réseaux sociaux contre le coup d’État militaire dans ce pays au début février.