/world
Navigation

Une vidéo TikTok pourrait résoudre l’enlèvement d’une fillette survenu il y a près de 20 ans

Coup d'oeil sur cet article

Une vidéo TikTok devenue virale pourrait bien élucider le mystère qui se cache derrière l’enlèvement d’une fillette de quatre ans datant de près de 20 ans.

• À lire aussi: États-Unis: la COVID-19 frappe deux jumelles identiques de façon complètement différente

La jeune Sofia Juarez, qui serait aujourd’hui âgée de 23 ans, a été vue pour la dernière fois le soir du 4 février 2003, alors qu’elle marchait pour rentrer à la maison. Or, de nombreux internautes sont convaincus que la fillette est réapparue dans cette vidéo partagée en ligne.

Filmée au mois de mars à Culican Sinaloa, au Mexique, la vidéo montre une femme d'origine latine dont l’âge et l’apparence physique correspondraient à celles de Sofia. Dans celle-ci, la femme indique qu’elle est âgée de 22 ans et qu’elle n’aime pas les anniversaires. Elle ajoute qu’elle a été enlevée et qu’elle tente de retrouver sa famille qu’elle n’a jamais connue, rapporte le New York Daily News.

La jeune femme demande également à ceux et celles qui pourraient l’avoir reconnue de la contacter parce qu’elle ne sait pas d’où elle vient.

Sur un site web dédié au dossier de Sofia Juarez, la police de Kennewick, dans l’État de Washington, dit avoir pris connaissance de la vidéo.

«Une enquête est en cours. Merci à ceux qui nous ont fourni des informations sur la vidéo. C’est apprécié», écrit-on.

Les autorités disent avoir reçu plus de 100 signalements au sujet de la fillette disparue depuis la mise en ligne de la vidéo.

Les policiers indiquent que ces signalements ont mené à «des témoins très crédibles», qui prétendent avoir vu une fillette en pleurs emmenée par une autre personne à peu près au même moment où Sofia a disparu, selon le Daily News.

L’un de ces témoins aurait aussi mentionné avoir aperçu, le soir de l’enlèvement, une fourgonnette bleu pâle ou grise, sans vitres, stationnée près de l’endroit où Sofia a été enlevée.

Les autorités sont en contact avec la personne qui a interviewé la femme de 22 ans pour tenter de la retrouver. Ils aimeraient pouvoir faire des tests d’ADN pour les comparer à ceux rattachés au dossier.