/weekend
Navigation

Célébrons!

Coup d'oeil sur cet article

Occasion spéciale, s’il en est. La fête des Mères nous offre l’occasion de rendre hommage aux femmes que l’on aime, aux femmes que l’on admire. Rendre hommage à ces femmes au sein desquelles chaque vie prend forme. Celles qui bercent, au rythme du battement de leur cœur, leurs enfants si précieux. Chacune, à sa manière, aime éperdument. Éperdument au point de se perdre ou de s’oublier, éperdument au point d’intoxiquer à jamais ses enfants. Car il ne semble pas y avoir de demi-mesures lorsqu’il est question de maternage... L’amour maternel s’ancre, en bien... ou en moins bien. Mais aujourd’hui, permettons-nous de faire rayonner le positif !

La personne derrière 

L’identité d’une personne émerge à la fois de son ressenti, de ses expériences, de ses relations aux autres, selon ses groupes d’appartenance. Être soi, c’est un peu aussi ce que les autres pensent de ce que l’on doit/peut être ou faire. Ces pensées et cette construction de soi se structurent de façon dynamique au fil du temps... et des rencontres. Prendre conscience qu’être soi demande du temps, de l’énergie, une grande dose de confiance et de valorisation peut inciter plus d’une personne à tourner les coins ronds ! Pas nécessairement consciemment : en fait, bien souvent, cela se fait de façon tout à fait involontaire. Les nombreux choix et défis à relever tout au long de la vie exigent une capacité d’affirmation et d’expression de soi qui reposent en partie sur le fait d’être en phase... à l’intérieur comme à l’extérieur. Toute cette exploration – d’essais/erreurs – devient constructive et très bénéfique pour l’individu en développement, lorsque celle-ci se vit en terrain sécurisé.

Avançons, évoluons. Osons nous dépasser ! Et rendre hommage à toutes ces mères, c’est se donner la chance de regarder en arrière pour être admiratives et admiratifs, mais également de regarder en avant, pour être porteuses/porteurs de changements, de projets.  

Ma mère...

Il y a des mères poules, des mères lionnes, des mères kangourou. Des mères pour qui ses petits représentent tout ce que la vie fait de plus beau. Des mères qui ne se peuvent plus d’amour et qui se sacrifient au quotidien pour offrir à la prunelle de leurs yeux une stabilité, même dans le chaos le plus bouleversant. Des mères qui apprennent à devenir maman, tout doucement, même si ce n’est pas toujours évident. Car être mère, ça signifie beaucoup, c’est une grande responsabilité, c’est un privilège. 

Ma mère est tout ça. Même plus. Je n’ai pas connu une mère toxique ou une mère absente...

Combien de fois n’a-t-elle pas pu s’acheter un rouge à lèvres à la pharmacie pour pouvoir s’assurer que mon frère et moi ayons tout ce dont nous avions besoin ? Combien de fois est-elle restée à la maison pour soigner un vilain rhume ? Qu’a-t-elle perdu comme opportunité de carrière pour veiller à notre équilibre familial ? Qui a-t-elle négligé au profit du confort de ses enfants ?

Le don de soi, c’est ma mère

Naturellement, elle est parfaitement imparfaite, c’est ma mère. Ce que je croyais être des défauts, alors que j’étais jeune et insouciante, s’est avéré les qualités les plus fondamentales : elle a toujours cru que je pouvais. Que je pouvais devenir celle que je voulais. Je croyais qu’elle me laissait tomber, mais elle se retirait, juste assez pour me laisser le temps de voir que je pouvais y arriver seule. Se rapprochait, juste assez, pour que je sache que je pouvais me reposer sur son épaule, en tout temps et aussi longtemps que je le souhaitais. Car une mère c’est l’amour, c’est la force, c’est la fragilité, c’est la vie. 

Bonne fête des Mères à toutes les mamans !