/entertainment/tv
Navigation

Nostalgie télé: Sandrine Bisson, «une très bonne spectatrice»

Nostalgie télé: Sandrine Bisson, «une très bonne spectatrice»
PHOTO COURTOISIE/ERIC MYRE

Coup d'oeil sur cet article

Enfant, Sandrine Bisson regardait beaucoup la télévision. Tour à tour absorbée par la compétition, l’humour absurde, les marionnettes et la vie en campagne, elle avait des goûts très variés. Ses souvenirs de cette époque le sont tout autant. 

Sandrine, quelles émissions jeunesse t’ont marquée?

La «Course destination monde» a marqué ma jeunesse. À l’époque, on regardait beaucoup la télé en soupant. C’était un moment familial. Ça touchait un peu à la poésie, parfois; je ne comprenais pas toujours, mais je trouvais ça beau. Ça m’attirait. Aussi, il y avait «Pop Citrouille» parce que c’était absurde. Encore, je ne comprenais pas tout, mais je ressentais des choses. Et il y avait quelque chose de psychédélique. Ça me faisait du bien. Ensuite, il y a eu «À Plein Temps». Pour moi, c’était: “Ok, où est celui qui fait bouger la marionnette? Et celui qui joue avec la marionnette y croit vraiment...” À un moment donné, ça m’est arrivé de jouer avec une marionnette, dans «Marc-en-peluche» et ç’a marché. J’ai pleuré [...] Une émission que je ne manquais pas aussi, c’était «La petite maison dans la prairie».

Est-ce que tes plus beaux souvenirs télé sont ceux à l’heure du souper?

J’ai été beaucoup élevée à la télé. On arrivait de l’école, la télé, on soupait, la télé, avant de se coucher, la télé. Je ne savais même pas que ça existait, quelqu’un qui n’avait pas de télé [...] J’ai beaucoup grandi avec la télé.

Y a-t-il un personnage qui t’a influencée au point de vouloir devenir actrice?

Je n’aurais jamais osé aller jusque-là dans ma tête [...] Je n’avais pas ces ambitions; j’étais une très bonne spectatrice. Encore aujourd’hui, je trouve que la vie de l’autre lui appartient tellement; je ne pourrais pas la prendre et m’en inspirer.

Quel univers voudrais-tu ramener pour le faire découvrir aux enfants?

Il y a tout à inventer, mais tout peut se ramener. Ce serait drôle de ramener, le temps de quelques épisodes, «Nic et Pic», en ballon. Tout peut se faire. Ça peut être intéressant de voir la nouvelle vision adaptée avec les moyens d’aujourd’hui, mais ce qui n’a pas été fait, c’est le fun [...] Et le retour de «Pop Citrouille», ça pourrait être très drôle...

Que penses-tu de la télé jeunesse d’aujourd’hui?

Je suis tellement contente parce qu’il y a comme un renouveau. Il y a eu «Les mutants», «Effet secondaire», «Six degrés»... Il y en a beaucoup et c’est super intelligent. Il y a eu «Conseils de famille», «Le 422»... C’est super bon et je les regarde. Je trouve qu’il y a de super performances [d’acteur] aussi. C’est comme un chapitre qui déborde un peu, qui s’en va un peu dans l’adulte - qui est aussi bon et autant de qualité -, c’est fin et ça va bien. C’est ce que j’aime présentement. Avec tout ça, nos enfants sont plus gâtés de rentrer dans ces univers [...] C’est de la “mautadine” de belle télé.

Cette année, Sandrine Bisson a plongé dans l’univers jeunesse si bien qu’on peut apprécier son jeu en regardant la nouveauté «Défense d’entrer!» (écrite par Caroline Héroux) et la série «Six degrés» (signée Simon Boulerice), toutes deux offertes sur l’Extra de Tou.tv.