/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: résister, «par amour», à prendre maman dans ses bras

Colette Laperle n’a pas vu sa fille depuis près d’un an

Edith Laperle
Photos Laurent Lavoie et courtoisie La Montréalaise Édith Laperle n’a pas rencontré sa mère Colette Laperle (en mortaise), qui habite à Rouyn-Noranda, en Abitibi-Témiscamingue, depuis l’été dernier en raison de la pandémie de COVID-19.

Coup d'oeil sur cet article

Encore cette année, c’est ironiquement « par amour » que les Québécois devront résister à prendre leur maman dans leurs bras pour la fête des Mères. C’est notamment le cas de Colette Laperle, qui sera fêtée à 600 km de sa fille.  

• À lire aussi: COVID-19: des anges gardiens forcés de travailler sans papiers

La résidente de Rouyn-Noranda, Abitibi-Témiscamingue, s’ennuie de sa fille Édith, « de la voir, de la toucher, d’y jaser des soirées de temps ».

Elles sont toutes deux peu friandes des vidéoconférences qui ne remplacent en rien le contact humain, mais une exception pourrait s’imposer pour la fête des Mères. C’est que leur dernière rencontre remonte à l’été dernier. 

« On se disait qu’on était pour y retourner [à Montréal] au mois d’octobre, se rappelle la dame de 66 ans. Mais tout a fermé, alors on est restés chez nous. »

Les autorités ont encadré les déplacements dans les régions du Québec pendant la dernière année pour freiner la COVID-19. Les Laperle ont toujours voulu prêcher la prudence et respecter les consignes sanitaires. 

« Je le fais pour protéger mon monde et me protéger moi aussi, souffle Colette Laperle. On fait ça par amour. »

Avant la crise, Colette et Édith se réunissaient quelques fois par année pour aller au Vermont, par exemple. Malgré la distance qui les sépare depuis plusieurs mois, elles cherchent à rester tissées serrées.

« C’est comme une amie, une confidente, quelqu’un vers qui on peut se tourner quand on a besoin de réconfort ou de conseils, souligne Édith Laperle. Avec le fait de ne pas pouvoir passer du temps ensemble, on a l’impression de perdre contact avec son quotidien. »

Parallèlement, le petit-fils Édouard, 16 ans, continue de grandir. 

« Ça, je trouve ça dur, lâche la grand-mère. Depuis qu’il est au monde, on le voit plusieurs fois par année, mais là, ça va faire un an bientôt. »

Tradition

Les deux femmes ont particulièrement été marquées par le dernier Noël, qu’elles ont passé chacune de leur côté. Une tradition vieille de deux décennies veut habituellement qu’elles se retrouvent sous un même toit avec une vingtaine de proches. 

« C’était étrange d’être dans mon appartement à Montréal et de ne pas pouvoir voir ma famille », mentionne Édith Laperle. 

La conseillère syndicale de 43 ans est toutefois optimiste avec le retour à la vie normale qui se rapproche. Elle compte rattraper le temps perdu et savourer chaque moment avec la femme qui l’a élevée.

– Avec Olivier Faucher

À voir aussi  

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres