/finance/business
Navigation

Le taux d’inoccupation des bureaux atteint un sommet à Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Les bureaux n’ont jamais été aussi vides dans le grand Montréal, tandis que la disponibilité des locaux industriels, de son côté, a atteint un creux historique.

• À lire aussi: Un retour hybride au bureau se précise à New York

C’est ce qu’a rapporté la firme américaine JLL, qui a dévoilé la semaine dernière les résultats du premier quart de l’année 2021 quant à l’occupation des bureaux à Montréal et dans ses banlieues.

Avec sa plus forte augmentation trimestrielle depuis l’imposition des mesures sanitaires, le taux d’inoccupation des bureaux s’élève désormais à 11,2% dans la métropole. Il s’agit d’un nombre supérieur à la moyenne des 10 dernières années, qui est de 10,6%.

En termes d’espace, 4,2 millions de pieds d’occupation dans les bureaux ont été perdus depuis le début de la pandémie. Cette baisse perdure depuis les quatre derniers trimestres et touche particulièrement le centre-ville, où plusieurs entreprises n'ont pas renouvelé leur bail en pleine pandémie.

Le coût des loyers, lui, est en diminution dans plusieurs secteurs. Dans le centre de l’île, le coût moyen par pied carré a baissé de 1,30$ pour s’établir à 17,26$. Du côté des banlieues, le prix est de 16,77$/pi2, soit une diminution de 1,68$.

Si l'offre de bureaux est assez favorable en ce moment pour les locataires dans le grand Montréal, c’est tout le contraire pour le milieu industriel, où il n’y a presque pas de locaux ou de terrains disponibles.

Le taux d’inoccupation est de 1,6% sur le territoire, ce qui s’explique par une recrudescence de l’activité de location au cours du premier trimestre, selon JLL. Plusieurs renouvellements de baux d’importance ont été faits au cours des derniers mois, a-t-on noté.

Avec la forte demande, le loyer moyen affiché a poursuivi sa montée et est désormais à 8,12$/pi2.

À VOIR AUSSI...