/sports/hockey/canadien
Navigation

Aucun Québécois en uniforme chez le Canadien : une première en 112 ans

Le Canadien a disputé une rencontre sans pouvoir compter sur un seul joueur québécois en uniforme

Oilers vs Canadiens
Photo Martin Chevalier Aucun joueur québécois n’était assis au banc du Canadien, hier soir, au Centre Bell.

Coup d'oeil sur cet article

Il s’en était fallu de peu samedi, mais avec Phillip Danault et Jonathan Drouin sur la touche, ce n’était que partie remise. Hier soir, pour la première fois en 112 ans d’histoire, le Canadien a disputé un match sans la présence d’un seul joueur québécois dans sa formation.

• À lire aussi - Le Canadien officiellement en séries

• À lire aussi - CH: en français, svp!

Le retour de Paul Byron, après une absence de neuf parties en raison d’une blessure, a renvoyé Alex Belzile sur l’escouade de réserve, avant que Montréal ne se qualifie pour les séries en soirée.

Amorcée le 19 janvier 1910, la séquence a donc pris fin au 6918e match de saison régulière du Canadien. 

  • Écoutez le député du Parti libéral, Enrico Ciccone, avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:  

« Ce sont les circonstances qui ont mené à ça. Phillip Danault est un joueur important, comme Jonathan Drouin. Il y a une dizaine de joueurs québécois qui sont avec le Rocket de Laval [en fait, il y en a neuf, en tout, dans l’organisation]. Mais ce sont les circonstances, et c’est comme ça », a fait valoir Dominique Ducharme, en matinée.

Tel qu’on l’écrivait samedi matin, avant que le Tricolore n’annonce la présence de Belzile dans sa formation, par Québécois, on identifie les hockeyeurs qui sont nés ou qui ont grandi dans la Belle Province. On ne parle pas strictement de francophones.

Doug Harvey, Dickie Moore, Torrey Mitchell sont tous inclus dans le décompte des Québécois qui ont porté l’uniforme du Canadien. À l’inverse, des Franco-Ontariens comme Aurèle Joliat et Benoit Pouliot ne se qualifient pas.

Ce n’est pas une question de langue.   

  • Écoutez la chronique sports et société de Jean-François Baril sur QUB radio:   

« Vraiment de la malchance »

« C’est plate, mais quand on analyse la situation, on comprend que c’est en raison de blessures. Si on avait entrepris un camp sans aucun joueur originaire du Québec, j’aurais peut-être eu une petite panique. Là, c’est vraiment de la malchance », a soutenu l’ex-joueur Maxim Lapierre, rejoignant les propos de l’entraîneur du CH.

« Nous avons un peuple fier au Québec. Nous sommes fiers de nos origines, et le hockey fait partie de notre culture. Historiquement, il y a toujours eu des gars du Québec avec le Canadien. C’est triste, ça fait bizarre de ne pas en avoir un », a indiqué le retraité Steve Bégin, soulignant au passage que la situation avait été provoquée par un malheureux hasard.

Boudé au repêchage

Hasard ou pas, malchance ou pas, il fallait s’attendre à ce que cette longue séquence se termine un jour. La fin du règne de Bob Gainey et le début de celui de Pierre Gauthier ont marqué le début de la tendance ayant mené à ce moment historique. De huit Québécois en 2008-2009, le Canadien est passé à trois en l’espace de quatre saisons.

  • Écoutez l'entrevue du chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

« Je trouve ça décevant, considérant la quantité de bons joueurs originaires du Québec, qu’on ne soit pas capable d’en avoir toujours au moins un dans la formation. Si je peux trouver les bons mots, je dirais que c’est triste », a indiqué Guillaume Latendresse, qui a porté les couleurs du Tricolore de 2006-2007 à 2009-2010.

Latendresse a été un choix de deuxième tour du CH en 2005. À une époque où l’équipe pigeait encore dans sa cour. 

Présentement, incluant ceux qui portent les couleurs du club-école, il y a neuf Québécois au sein de l’organisation. Un seul d’entre eux a été un choix du CH au repêchage : Rafael Harvey-Pinard, sélectionné en septième ronde, en 2019.

Depuis 2012, Montréal a sélectionné sept Québécois sur 68 choix. Outre Zachary Fucale, appelé en deuxième ronde, aucun n’a été repêché avant le cinquième tour.

Écoutez la chronique de Gilles Proulx au micro de Richard Martineau sur QUB radio:

À travers la ligue

Cette situation cache probablement un autre problème.

Cette saison, 53 joueurs d’ici (excluant les gardiens Marc-André Fleury et Jonathan Bernier) ont disputé au moins une rencontre dans la LNH.

De ce nombre, 33 ont revêtu l’uniforme pour au moins la moitié des matchs de leur équipe respective. C’est en plein dans la moyenne des 10 saisons précédentes. Une moyenne qui se situe à 32,6.

Trente-trois joueurs pour 31 formations. On a beau dire que le hockey est devenu un sport universel, il est triste que constater que le Québec peine à suivre la parade.

– Avec Jean-François Chaumont

À VOIR AUSSI