/entertainment/movies
Navigation

Noir.e.s à la caméra: pleins feux sur le cinéma black

12 Years a Slave
Photo courtoisie Le drame Esclave pendant 12 ans, gagnant de l’Oscar du meilleur film en 2014, sera présenté au cycle Noir.e.s à la caméra de la Cinémathèque québécoise.

Coup d'oeil sur cet article

Le cinéma black sera à l’honneur pendant tout le mois de juin à la Cinémathèque québécoise. Dans un désir de promouvoir la diversité à l’écran, l’institution du boulevard De Maisonneuve a annoncé jeudi la tenue du cycle Noir.e.s à la caméra, qui proposera du 1er au 30 juin une sélection de plus de 50 films réalisés par des cinéastes noirs d’ici et d’ailleurs. 

Cette série de projections, organisée en collaboration avec la Fondation Fabienne Colas et le Festival international du film black de Montréal, devait d’abord avoir lieu en février dernier, mais elle a été repoussée en raison de la pandémie.

« C’est une rétrospective historique », s’est réjouie jeudi Fabienne Colas, qui défend depuis longtemps la cause de la diversité à l’écran. 

« C’est la première fois qu’on met en lumière autant de films black. Ça envoie un signal très fort à l’industrie sur l’importance de prôner la diversité à l’écran. Je lève mon chapeau à la Cinémathèque québécoise pour cette belle initiative. »

La liste de films qui seront présentés en salle dans le cadre du cycle Noir.e.s à la caméra ratisse large et couvre une période de plus de 100 ans. On y retrouve autant des films muets que des drames sociaux, des documentaires et des reconstitutions historiques.

Des classiques 

Le public pourra notamment revoir certains classiques du cinéma afro-américain (dont Boyz n the Hood de John Singleton et Do the Right Thing de Spike Lee), mais aussi découvrir plusieurs œuvres récentes incontournables comme Moonlight de Barry Jenkins, Get Out de Jordan Peele et Selma d’Ava DuVernay.

La rétrospective propose aussi une bonne sélection de films en provenance d’Afrique, des Caraïbes et de France. Les programmateurs de la Cinémathèque ont aussi retenu plusieurs œuvres québécoises, dont Obamas de Moussa Djigo, Sortie 67 de Jephté Bastien, The Lost Tapes du Hip-Hop au Québec de Will Prosper et Comment conquérir l’Amérique en une nuit de Dany Laferrière. 


► La programmation du cycle Noir.e.s à la caméra est disponible sur le site de la Cinémathèque québécoise : cinematheque.qc.ca.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.