/news/coronavirus
Navigation

Des réponses à quelques questions sur AstraZeneca

Vous pourrez choisir ou non de prendre un autre vaccin comme deuxième dose

FILES-ITALY-EU-HEALTH-VIRUS-VACCINE
Photo AFP Le controversé vaccin d’AstraZeneca ne sera plus offert comme première dose aux Québécois, tandis que d’importants arrivages des autres vaccins de Pfizer et Moderna sont prévus pour poursuivre l’inoculation chez les différentes tranches d’âge.

Coup d'oeil sur cet article

La décision de Québec de ne plus offrir le vaccin d’AstraZeneca comme première dose obligera de nombreux Québécois qui ont déjà reçu une injection à prendre une décision en vue de la seconde dose. Voici des réponses à vos questions. 

• À lire aussi - Plan de déconfinement: «Une question de jours», selon le Dr Arruda

• À lire aussi: - AstraZeneca : Quoi faire des doses en trop?

J’ai reçu le vaccin d’AstraZenca en première dose. Ai-je pris la bonne décision ?

L’immunologiste André Veillette et le microbiologiste Christian Jacob affirment que les Québécois ayant reçu ce vaccin devraient être « fiers ». « Dans un contexte où on prolonge l’intervalle entre les deux doses, le seul vaccin qui a démontré très bien marcher après trois mois, c’est l’AstraZeneca », estime le Dr Veillette. En entrevue à TVA Nouvelles, le Dr Horacio Arruda était d’ailleurs convaincu que ce vaccin avait « sauvé des vies ».

Vers quel vaccin devrais-je maintenant me tourner pour ma deuxième dose ?

La disponibilité du vaccin d’AstraZeneca est maintenue pour la deuxième dose. Il est cependant possible de se tourner vers le Pfizer ou le Moderna, à condition de prévoir des effets secondaires mineurs plus intenses, selon une étude britannique toujours en cours. Horacio Arruda a précisé qu’il est recommandé pour les gens ayant reçu une première dose d’AstraZeneca de continuer avec le même vaccin pour la deuxième dose puisque les risques de thromboses diminuent drastiquement, soit de 1 sur 100 000 à la première dose à 1 sur 1M pour la deuxième.

Est-ce que le gouvernement a pris la bonne décision ?

« Si le Canada est capable de s’assurer un approvisionnement de Moderna et Pfizer, c’est sûr qu’il y a moins de risques associés à ces vaccins-là que celui d’AstraZeneca. Je comprends la décision, mais ça nous enlève un outil qui nous aurait permis de vacciner plus de monde plus rapidement », croit le Dr Jacob.

Le vaccin d’AstraZeneca ailleurs ...      

  • Suspendu dans toutes les provinces canadiennes à l’exception de Terre-Neuve-et-Labrador, du Manitoba et du Nouveau-Brunswick, qui l’ont maintenu dans certains cas précis;   
  • Le Danemark y a renoncé définitivement;   
  • La France, la Finlande, l’Irlande, les Pays-Bas, la Corée du Sud et la Suède sont parmi les pays qui ont imposé un âge minimum pour l’administrer;   
  • Son utilisation est actuellement complètement suspendue en Norvège et au Cameroun.   
  • Les États-Unis n’ont jamais approuvé son utilisation et les 60 millions de doses du vaccin d’AstraZeneca commandées par les Américains seront offertes à d’autres pays.
  •  Écoutez l’analyse du virologue Benoît Barbeau à QUB radio

À VOIR AUSSI...  

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres