/entertainment/movies
Navigation

Un héritage empoisonné

Spiral: From the Book of Saw
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Les fans comptaient sur Darren Lynn Bousman pour redonner à Décadence ses lettres de noblesse. Mais plutôt que de ressusciter une série sous respirateur artificiel depuis quelques années déjà, il a plutôt enfoncé le dernier clou dans son cercueil avec un Spirale d’un ennui mortel.

Dire que Décadence (ou Saw dans sa version originale) a connu de meilleurs jours tiendrait de l’euphémisme. Après un départ canon en 2004, la saga a perdu des plumes – et des fans – au fil de suites d’une qualité, disons-le poliment, inégale.

N’empêche. Les amateurs d’émotions fortes ont continué d’espérer un miracle, ne serait-ce que par tendresse nostalgique pour cette série les ayant fait frissonner – et grimacer devant les scènes de boucherie d’une violence inouïe – durant plusieurs années. Et ce miracle aurait très bien pu s’appeler Darren Lynn Bousman. 

Car après tout, qui de mieux pour relancer la saga que celui qui avait porté à l’écran trois des quatre premiers chapitres ? Toute forme d’espoir se dissipe toutefois graduellement au cours des 90 minutes de ce qu’on ne peut que qualifier de calvaire cinématographique.

Cette fois-ci, c’est Chris Rock qui mène l’enquête lorsque survient une vague de meurtres aussi élaborés que macabres rappelant l’œuvre de Jigsaw, tortionnaire notoire décédé quelques années plus tôt. 

Cette enquête devient un prétexte pour aborder de plein front le thème de l’imputabilité policière. Une bonne idée, vu le contexte actuel chez nos voisins du sud. Le hic ? Il est ici abordé avec une vacuité exaspérante, Spirale ratant une belle occasion de s’insuffler ne serait-ce qu’un semblant de pertinence. 

Moins de torture

Les pièges et mécanismes de torture, jadis point focal de la saga Décadence, sont étrangement relayés au second plan avec ce neuvième chapitre. Beaucoup moins nombreux qu’à l’accoutumée, ils s’avèrent à maintes occasions très peu spectaculaires et ultimement accessoires au déploiement de l’intrigue, elle-même famélique et d’une banalité sans nom. 


Spirale : L’héritage de Décadence  

★☆☆☆☆

Un film de Darren Lynn Bousman.

Mettant en vedette Chris Rock, Samuel L. Jackson et Max Minghella.