/sports/hockey/canadien
Navigation

Canadien c. Maple Leafs: 9 duels à la loupe

Coup d'oeil sur cet article

Carey Price | Jack Campbell  

Carey Price
Photo Martin Chevalier
Carey Price

Jack Campbell
Photo AFP
Jack Campbell

C’est un choc des contrastes. Dans le coin rouge, il y a Carey Price. Le numéro 31 du Canadien a déjà gagné les trophées Hart et Vézina et il a une expérience de 70 matchs en séries. Mais ça reste des exploits du passé, à savoir une présence en finale de l’Est en 2014 et des trophées pour décorer son salon en 2015. Dans le coin bleu, il y a Jack Campbell. En théorie, l’entraîneur-chef des Maple Leafs, Sheldon Keefe, fera confiance à Campbell. Âgé de 29 ans, l’ancien choix de premier tour des Stars de Dallas en 2010 sort enfin de l’ombre. À Toronto, il a profité d’une blessure de Frederik Andersen pour s’établir comme le partant. Campbell a l’avantage d’avoir bloqué plusieurs rondelles dans les dernières semaines, alors que Price a passé du temps à l’infirmerie pour se rétablir des symptômes d’une commotion cérébrale.

Phillip Danault | Auston Matthews  

Phillip Danault
Photo Martin Chevalier
Phillip Danault

Auston Matthews
Photo AFP
Auston Matthews

Le cerveau défensif contre le magicien offensif. Danault jouera un rôle colossal dans cette série contre les Leafs à condition d’être bien guéri de sa commotion cérébrale. Matthews, l’unique marqueur de 40 buts cette saison dans la LNH, a produit à un rythme moins affolant cette année quand il avait Danault dans ses pattes. Le prodige de l’Arizona a marqué deux buts à cinq contre cinq en un peu plus de 73 minutes quand le Québécois se retrouvait sur la glace. À ses quatre premières saisons avec les Leafs, Matthews a toujours conduit son club en séries, mais il n’a jamais franchi le premier tour. Il aura encore beaucoup de pression sur ses épaules. Mais il a le talent et maintenant un plus important bagage d’expérience pour changer la donne.

Tyler Toffoli | Mitchell Marner  

Tyler Toffoli
Photo Martin Chevalier
Tyler Toffoli

Mitchell Marner
Photo Martin Chevalier
Mitchell Marner

Toffoli est le meilleur marqueur du CH avec 28 buts, alors que Marner a connu une troisième saison d’affilée avec une moyenne de plus d’un point par match. Les deux ailiers passeront beaucoup de temps sur la surface glacée. Toffoli a terminé l’année avec une utilisation moyenne de 17 min 31 s, comparativement à 22 min 26 s pour Marner. Si Toffoli a connu une très bonne première campagne à Montréal, le numéro 16 des Maple Leafs reste un attaquant encore plus redoutable en raison de sa vision du jeu et de sa grande complicité avec Matthews.

Nick Suzuki | John Tavares  

Nick Suzuki
Photo Martin Chevalier
Nick Suzuki

John Tavares
Photo Martin Chevalier
John Tavares

Dans la bulle de Toronto l’été dernier, Suzuki a prouvé qu’il avait l’aplomb pour jouer contre de gros noms comme Sidney Crosby, Evgeni Malkin et Sean Couturier. Il n’avait pas seulement suivi le rythme, il avait noirci la feuille de pointage avec sept points en 10 matchs. Le joueur de centre de 21 ans n’aura donc pas peur d’affronter Tavares, un centre plus expérimenté. En fin de saison, Suzuki a regagné sa confiance avec 14 points (7 buts, 7 passes) en 11 duels. Capitaine des Leafs et décrit comme un sauveur à son arrivée en 2018-2019, Tavares reçoit un camion d’argent des Leafs avec 11 millions $ jusqu’en 2024-2025. L’investissement sera un peu plus rentable le jour où il aidera son équipe à gagner en séries. Comme Matthews, il a de la pression sur ses épaules.  

Jeff Petry | Morgan Rielly  

Jeff Petry
Photo Martin Chevalier
Jeff Petry

Morgan Rielly
Photo Martin Chevalier
Morgan Rielly

La relance de l’attaque passera beaucoup par les bâtons de Petry et de Rielly. Pour une quatrième saison d’affilée, Petry a atteint le plateau des 40 points. Quand même un exploit si l’on considère qu’il n’y avait que 56 matchs cette année. Rielly a aussi connu une bonne campagne sur le plan offensif avec 34 points. À cinq contre cinq, Petry et Rielly ont chacun bénéficié de l’arrivée d’un nouveau partenaire (Joel Edmundson et T.J. Brodie) pour solidifier leur jeu dans leur territoire.

Shea Weber | Jake Muzzin  

Shea Weber
Photo Martin Chevalier
Shea Weber

Jake Muzzin
Photo Martin Chevalier
Jake Muzzin

Ici, on parle du duel de la virilité. Une virilité qui se traduira par une imposante barbe pour Weber et Muzzin, mais aussi par des mises en échec et des coups de bâton dans le dos. Incommodé par une blessure au haut du corps, probablement la main gauche, Weber n’a pas joué les huit derniers matchs de la saison. Son état de santé représente un doute important. 

Josh Anderson | Nick Foligno  

Josh Anderson
Photo Martin Chevalier
Josh Anderson

Nick Foligno
Photo Martin Chevalier
Nick Foligno

Les deux anciens des Blue Jackets de Columbus se retrouveront au premier tour des séries. Malgré une mauvaise fin de saison sans aucun point à ses 11 derniers affrontements, Anderson a ajouté un ingrédient important au CH avec du jeu robuste et une touche de marqueur. Il n’a pas peur de foncer au filet ni de se salir le nez. Foligno rentre dans un moule semblable. Acquis pour un choix de premier tour des Jackets le 11 avril dernier, Foligno apportera du papier sablé à la formation de Toronto.

Brendan Gallagher | Zach Hyman  

Brendan Gallagher
Photo Martin Chevalier
Brendan Gallagher

Zach Hyman
Photo Martin Chevalier
Zach Hyman

Du caractère contre du caractère. Et deux joueurs qui ont passé beaucoup de temps à l’infirmerie. Gallagher se remet d’une fracture au pouce de la main droite, alors que Hyman a subi une blessure au genou droit. On connaît tous la valeur de Gallagher. Il est l’âme du Tricolore. Dominique Ducharme aura absolument besoin de lui. S’il n’a pas une aussi grande notoriété que le petit numéro 11 à Montréal, Hyman est un morceau important du casse-tête des Maple Leafs.

Corey Perry | Joe Thornton  

Corey Perry
Photo Martin Chevalier
Corey Perry

Joe Thornton
Photo Martin Chevalier
Joe Thornton

Le duel des aînés. Perry a 35 ans et il a gagné un peu partout. Thornton a 41 ans et il cherche à soulever pour une première fois la coupe Stanley. Il a déjà atteint la finale, en 2016, avec les Sharks de San Jose. Les deux joueurs originaires de l’Ontario ont accepté de « petits contrats » d’un an afin de jouer dans deux gros marchés. Ils ont chacun eu un impact positif dans leur nouvelle équipe.