/world/middleeast
Navigation

Gaza: 10 personnes d’une même famille tuées dans une frappe israélienne

Gaza: 10 personnes d’une même famille tuées dans une frappe israélienne
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Dix membres d’une famille palestinienne, parmi lesquels huit enfants, ont été tués samedi matin dans une frappe aérienne israélienne dans la ville de Gaza, ont annoncé les secours palestiniens. 

• À lire aussi: Frappe israélienne sur l’immeuble des médias Al Jazeera et Associated Press à Gaza

Israël et le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, se livrent à des combats meurtriers depuis lundi.

Le raid a touché la maison de la famille Abou Hattab, dont la mère et quatre enfants âgés de 5 à 15 ans ont été tués dans le camp de réfugiés Al Shati, ont indiqué des sources paramédicales.

Quatre de leurs cousins, âgés de 8 à 14 ans, et leur mère sont également morts, alors qu’ils leur rendaient visite à l’occasion de la fête du Fitr qui marque la fin du mois de jeûne du ramadan, selon cette source.

Les deux pères, Aala Abou Hattab et Mohammad Al Hadidi, alors à l’extérieur de la bâtisse, ont survécu, ainsi qu'un bébé de 5 mois qui a été hospitalisé.

Les enfants «ne portaient pas d’armes, ils n’ont pas tiré de roquettes», a témoigné Mohammad Al Hadidi. Les enfants ont été tués, «alors qu’ils portaient leurs habits de l’Aïd al-Fitr», a-t-il ajouté, en référence à la coutume de porter de beaux vêtements durant l’Aïd el-Fitr.

Ismaïl Haniyeh, le chef du Hamas islamiste au pouvoir à Gaza, a dénoncé dans un communiqué «un massacre odieux dans le camp d’Al-Shati».

L’armée israélienne a indiqué pour sa part avoir attaqué «un certain nombre de hauts responsables» du Hamas dans un appartement dans le secteur du camp d’Al-Shati.

Elle a affirmé «prendre toutes les précautions possibles pour éviter de nuire aux civils» pendant ses opérations, accusant le Hamas d’utiliser «délibérément» des civils comme «bouclier» pour se protéger.

«Les enfants continuent d’être victimes de cette escalade meurtrière. Je répète que les enfants ne doivent pas être la cible de violence ou être mis en danger», a déclaré sur Twitter Tor Wennesland, émissaire de l’ONU pour le Proche-Orient, se disant «atterré».

Israël a annoncé dans la nuit au moins cinq nouvelles frappes sur l’ensemble de la bande de Gaza, en représailles à des tirs de roquettes de groupes armés palestiniens vers son sol.

Parmi les cibles, selon un communiqué de l’armée, se trouvait l’un des quartiers généraux de Taoufik Abou Naim, commandant des forces de sécurité du Hamas, ainsi que plusieurs «sites de lancement de roquettes» dans le nord et le sud de l’enclave, et des bâtiments «du renseignement militaire» du Hamas.

Le dernier bilan des autorités palestiniennes faisait état vendredi soir de 139 morts, parmi lesquels 39 enfants, et de 1000 blessés dans les bombardements israéliens dans la bande de Gaza depuis lundi.

Plus de 2300 roquettes ont été lancées sur le territoire israélien depuis lundi, tuant 9 personnes, parmi lesquelles un enfant et un soldat, et faisant plus de 560 blessés.

Un Israélien tué près de Tel-Aviv

Un Israélien de 50 ans a été tué samedi midi à Ramat Gan, dans la banlieue de Tel-Aviv, après des tirs de roquettes depuis la bande de Gaza, selon les services de secours israéliens et la police. 

«Bilan après l’explosion d’une roquette à Ramat Gan: un mort», a indiqué sur Twitter Micky Rosenfeld, porte-parole de la police israélienne. Les services de secours israéliens ont précisé dans un communiqué que l’homme, retrouvé «grièvement blessé», n’avait pas pu être réanimé.